Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Frédéric Rozier : Faut-il s'attendre à un trou d'air sur le marché ?

Frédéric Rozier

(BFM Bourse) - Après un bond de plus de 10% en trois mois, et un CAC 40 au plus haut depuis décembre 2007, le marché parisien semble connaître un coup d’arrêt, entre inquiétude géopolitique, incertitude en Italie, et tension sur les taux. L’analyse de Frédéric Rozier gérant de portefeuille chez Mirabaud France.

Tradingsat.com : Le dicton boursier dit de vendre en mai, le moment est-il venu ?

Frédéric Rozier : Le marché s’est tendu. Nous sommes extrêmement vigilants au regard de la saisonnalité des marchés et de certains facteurs, aussi bien exogènes, comme la situation politique en Italie, le risque géopolitique global, qu’internes au marché, avec la remontée des taux, notamment les taux longs américains. Certains indicateurs techniques suggèrent que le marché est peut-être mûr pour une faiblesse à court terme : par exemple, le yen et le franc suisse font office de valeur refuge, ce qui doit mettre la puce à l’oreille sur la perspective d’une éventuelle correction des marchés, courante cette période de l’année. Il est rare de ne pas observer de trou d’air sur le marché entre fin avril et début juin. Les investisseurs semblent d’ailleurs prêts à sanctionner la moindre nouvelle qui ne leur plaît pas. Renault perd par exemple 5% aujourd’hui, simplement parce que Carlos Ghosn a déclaré qu’une fusion avec Nissan n’aurait sans doute pas lieu cette année ou l’année prochaine.

Tradingsat.com : La remontée des taux est-elle inquiétante ?

Frédéric Rozier : Il y a des signaux qui invitent à la prudence. Par exemple, aux Etats-Unis, les rendements à 3 mois ont commencé dépasser le rendement moyen des dividendes du S&P 500. La courbe des rendements s’est croisée entre les actifs risqués et non risqués. Or ce phénomène s’est déjà observé dans les périodes de véritable retournement de marché. Donc c’est une inquiétude, qu’il convient toutefois de minorer par la grosse vague de rachat d’actions lancée par les entreprises américaines. Ces rachats d’actions représentent environ 3% de la capitalisation globale du S&P.

Tradingsat.com : Quelle stratégie adopter dans le contexte actuel, et sur quel type de valeurs ?

Frédéric Rozier :Dans le rebond qui a suivi la correction de février, nous avons commencé à revenir sur des valeurs plutôt défensives à partir de 5400-5500 points, pour lesquelles le momentum semblait en tout cas s’inverser. C’était vrai pour le secteur de la santé par exemple, avec notamment Sanofi ou Roche. De même pour la thématique des valeurs qui versent d’importants dividendes, comme les télécoms sur lesquels nous sommes bien positionnés, avec notamment Orange et Bouygues. Nous avons également opéré une diversification géographique de notre allocation d’actions pour profiter des mouvements de devises, avec des valeurs américaines ou suisses. A l’inverse, nous levons le pied sur les pétrolières qui commencent à être bien valorisées, dans la mesure où la remontée du baril est tout de même essentiellement liée à la géopolitique.

Propos recueillis par François Berthon - ©2018 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.30 % vs +2.28 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat