Bourse > Actualités > Informations sociétésffrfrfr > Un effet comptable dope le bénéfice net trimestriel de citigroup

Un effet comptable dope le bénéfice net trimestriel de citigroup

tradingsat

par Joe Rauch

(Reuters) - Citigroup a fait état lundi d'un résultat trimestriel en hausse, la banque ayant eu à provisionner moins de sommes pour effacer ses pertes liées à des actifs toxiques, tout en bénéficiant d'un gain comptable que les banques peuvent engranger lorsque les marchés financiers sont turbulents.

Vers 14h00 GMT, le titre de la troisième banque américaine en termes d'actifs, avançait de 1,8% à 28,91 dollars alors que l'indice bancaire KBW cédait 1,87%.

Les commissions générées par l'activité banque d'investissement ont baissé de 12%, à 4,84 milliards de dollars, la crise de la dette européenne ayant découragé les entreprises à émettre de nouveaux titres ou à se lancer dans des opérations d'acquisition.

Les coûts opérationnels de la banque ont augmenté de 8%, à 12,46 milliards de dollars, notamment en raison des investissements consentis par Citigroup pour développer son activité.

Ces coûts se sont stabilisés à ce niveau depuis le quatrième trimestre 2010. Entre début 2009 et le troisième trimestre, ils étaient plus proches de 11,9 milliards de dollars.

Le bénéfice net de la troisième banque américaine en termes d'actifs, est ressorti à 3,77 milliards de dollars au troisième trimestre, ou 1,23 dollar par action, contre 2,17 milliards, ou 72 cents par action, sur le même trimestre un an plus tôt.

Ce bénéfice inclut un résultat avant impôts de 1,9 milliard de dollar, soit 0,39 dollar par action, lié à une règle comptable connue sous l'appellation d'"ajustement de la valorisation des dettes" (debt valuation adjustements, ou DVA).

MÊME EFFET COMPTABLE QUE JPMORGAN

En clair, le fait d'intégrer dans les comptes l'augmentation du risque lié à une obligation réduit l'engagement du porteur, donc génère des bénéfices comptables.

Jeudi dernier, JPMorgan Chase avait annoncé qu'un quart de ses bénéfices du troisième trimestre provenait de cette règle, ce qui n'avait guère été apprécié par les investisseurs puisque ce jour-là, le titre de la banque avait terminé en baisse de près de 5%.

Toujours dans le secteur bancaire, Wells Fargo a publié lundi un bénéfice en hausse au troisième trimestre, grâce à une baisse des coûts alloués aux créances douteuses mais a tout de même manqué de peu les estimations de Wall Street.

Hors gain comptable, le bénéfice par action de Citigroup ressort à 2,6 milliards de dollars, soit 0,84 dollar par action.

Le consensus de Reuters était de 0,81 dollar par action, selon Thomson Reuters I/B/E/S, mais il n'était pas clair à ce stade à quelque chiffre de Citigroup il faut comparer cette prévision.

La banque, qui a dû être aidée à deux reprises par le gouvernement fédéral américain au plus fort de la crise financière de 2007-2009, a vu le total de ses prêts douteux passer de 12,46 milliards de dollars il y a un an, à 7,95 milliards.

Le titre de la banque est en recul depuis 40% depuis le début de l'année, évolution conforme à celle des autres grandes banques.

Natalie Huet pour le service français et Benoît Van Overstraeten, édité par Jean Décotte

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...