Bourse > Actualités > Informations sociétés > Préparerait une contre-attaque

Préparerait une contre-attaque

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après avoir reçu un rude coup de la part du régulateur financier new-yorkais, le Département des services financiers (DFS, en anglais), Standard Chartered pourrait contre-attaquer. A grand renfort de publicité, le DFS a cette semaine a initié une procédure contentieuse haute en couleur contre la banque britannique en raison principalement de ses relations d'affaires avec l'Iran. Or “StanChart” serait en train de consulter des avocats spécialisés afin éventuellement de lancer des poursuites contre le DFS, rapporte le Financial Times (FT). Selon le quotidien des affaires britannique qui s'appuie sur deux de ces conseils juridiques, la banque serait fondée à entamer une telle procédure.

En Bourse de Londres, le titre 'StanChart', qui s'était effondré de 16,4% mardi à 1.228 pence, avec un point bas à 1.092 (- 25,7%) en séance, continue de se reprendre : après + 7,1% mercredi, il gagne encore ce matin 3,9% à 1.366 pence, sachant qu'il avait terminé vendredi dernier à 1.567 pence.

Dans son ordonnance se concluant par une convocation de Standard Chartered Bank (SCB, la filiale new-yorkaise) le 15 août prochain, le DFS n'y est pas allé de mainmorte : 'depuis près de dix ans, SCB entretient des relations avec le gouvernement d'Iran et a caché aux régulateurs environ 60.000 transactions secrètes d'un montant global de 250 milliards de dollars, ce qui lui a permis de récolter des centaines de millions de dollars de commissions'.

'Les actes commis par SCB ont rendu le système financier américain vulnérable aux terroristes, aux trafiquants d'armes, aux barons de la drogue et aux régimes corrompus. Ils ont privé les les forces de l'ordre d'informations cruciales à la traque des activités criminelles', indique le document. 'En deux mots, SCB s'est comporté comme une 'institution voyou'', écrit le DFS dans son document préliminaire.

Cette enquête peut déboucher sur la perte de sa licence bancaire new-yorkaise par SCB, sans oublier d'éventuelles amendes.

Dans les colonnes du FT, le directeur général de StanChart, Peter Sands, n'a pas commenté l'éventualité de cette contre-attaque. Mais il a cependant insisté avec humeur sur le dommage de réputation causé par le DFS au tout début de la procédure - une éventuelle condamnation étant encore loin.

Il semble aussi que le DFS new-yorkais se soit embarqué 'en solitaire' dans une procédure contentieuse aussi virulente, laissant de côté le Département fédéral de la Justice, du Trésor le FBI et la Fed. Le FT rapporte qu'il y aurait même eu des 'frictions' sur la manière de gérer ce dossier entre le DFS d'un côté, la Fed et le Trésor de l'autre.

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, s'est publiquement montré critique de la publicité faite par le DFS d'une ordonnance qui ne fait que marquer le début de la procédure, indique encore le FT. La Financial Services Authority (FSA), le gendarme financier britannique, aurait également contesté cette manière de faire.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI