Bourse > Actualités > Informations sociétés > Marché : Les créanciers d'Air Berlin veulent vendre d'ici mi-septembre

Marché : Les créanciers d'Air Berlin veulent vendre d'ici mi-septembre

Marché : Les créanciers d'Air Berlin veulent vendre d'ici mi-septembreMarché : Les créanciers d'Air Berlin veulent vendre d'ici mi-septembre

FRANCFORT (Reuters) - Les acheteurs intéressés par des actifs d'Air Berlin, qui a deposé le bilan le 15 août à la suite de la décision de son principal actionnaire Etihad Airways de cesser tout soutien financier, seront vraisemblablement choisis d'ici la mi-septembre, ont dit à Reuters des sources proches du dossier.

Elles ont ajouté que les candidats au rachat avaient jusqu'au 13 septembre pour présenter leurs offres et leurs plans d'entreprise aux administrateurs et aux créanciers de la compagnie aérienne allemande.

Un comité de créanciers supervisant la liquidation de l'entreprise veut ensuite définir rapidement qui va racheter quoi, ont poursuivi les sources, l'une d'entre elles ajoutant qu'une décision pourrait intervenir dès le 15 septembre.

Une autre source a estimé que ce calendrier était ambitieux étant donné que de nouveaux candidats ne cessent de se faire connaître.

Thomas Winkelmann, président du directoire d'Air Berlin, a déclaré la semaine dernière vouloir une conclusion des ventes d'actifs d'ici la fin septembre.

Il a également dit que la compagnie avait parlé avec plus de dix candidats au rachat d'une part de ses actifs, ajoutant s'attendre à les répartir entre deux ou trois acheteurs.

Condor, la compagnie aérienne de Thomas Cook, Lufthansa, easyJet, Ryanair et l'investisseur allemand dans le secteur aérien Hans Rudolf Wöhrl sont intéressés par tout ou partie d'Air Berlin.

La compagnie suscite notamment l'intérêt d'éventuels acquéreurs en raison de ses créneaux de décollage et d'atterrissage dans les aéroports de Düsseldorf, Berlin Tegel, Munich ou Hambourg.

Les avions d'Air Berlin continuent actuellement de voler grâce à un prêt de 150 millions d'euros débloqués par le gouvernement allemand. Mais si la compagnie était à court d'argent et ses avions immobilisés, ses créneaux aéroportuaires seraient remis à disposition et partagés entre les compagnies actives en Allemagne.

(Ilona Wissenbach et Peter Maushaugen, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...