Bourse > Actualités > Informations sociétésffrfrfr > Marché : HSBC annonce un bénéfice imposable annuel en baisse de 17%

Marché : HSBC annonce un bénéfice imposable annuel en baisse de 17%

Marché : Recul de 17% du bénéfice imposable 2014 de HSBCMarché : Recul de 17% du bénéfice imposable 2014 de HSBC

par Steve Slater et Matt Scuffham

LONDRES (Reuters) - HSBC a fait état d'un recul de son bénéfice imposable de 17% en 2014, plus marqué que prévu, et a abaissé son objectif de retour sur fonds propres, ajoutant que les accusations à l'encontre de sa division de banque privée en Suisse pour avoir aidé des clients à échapper à l'impôt faisaient honte à la banque.

Les résultats publiés lundi par la première banque européenne ont été pénalisés par les coûts liés à ses errements passés et aux provisions constituées pour faire face à d'éventuels nouveaux scandales. HSBC a dit que les accusations à l'encontre de sa division banque privée en Suisse avaient gravement terni son image.

"Nous sommes un certain nombre à penser que les pratiques passées de la banque privée font honte à HSBC et ont entaché sa réputation. Je pense que le terme de honte serait le plus approprié", a déclaré le directeur général de la banque.

Stuart Gulliver s'est lui-même retrouvé au coeur du scandale avec la révélation dimanche par le quotidien britannique The Guardian qu'il avait ouvert un compte en Suisse via une société panaméenne pour y déposer des primes se montant à plusieurs millions de livres.

HSBC a confirmé la détention par Gulliver d'un compte en suisse et, si rien ne laisse penser qu'il ait fait quoique ce soit d'illégal, ces révélations tombent au pire moment.

Alors que la banque s'est déjà confondue en excuses en raison des soupçons pesant sur sa filiale suisse de banque privée, son président Douglas Flint sera interrogé mercredi sur ce sujet par les parlementaires britanniques.

Gulliver est l'un des dirigeants de banque les mieux payés en Europe avec une rémunération de 7,6 millions de livres (10,35 millions d'euros) l'année dernière, en baisse par rapport aux 8 millions de livres de 2013, son bonus ayant été réduit en raison de l'incapacité de la banque à mettre fin à ses errements.

HSBC a fait état d'un bénéfice imposable de 18,7 milliards de dollars (16,5 milliards d'euros) pour 2014 contre 22,6 milliards il y a un an et une prévision moyenne des analystes financiers de 21 milliards.

OBJECTIFS DE ROE ABAISSÉS

Le titre HSBC chute de près de 6% vers 12h00 GMT à la Bourse de Londres, accusant sa plus forte baisse journalière depuis novembre 2011 et tombant à un plus bas de près de deux ans et demi.

"Quand le premier paragraphe du communiqué de résultats mentionne 'des éléments significatifs incluant des amendes, des accords amiables et des réparations payées aux consommateurs britanniques pesant sur les revenus et les coûts', cela n'augure certainement pas favorablement de la suite", a commenté Augustin Eden, analyste chez Accendo Markets.

HSBC, qui a versé 611 millions de dollars aux autorités américaines et britanniques en novembre pour son rôle dans une affaire de manipulation présumée du marché des changes, indique dans son rapport annuel avoir mis de côté 550 millions de dollars supplémentaires pour couvrir d'autres amendes potentielles dans ce dossier. La banque avertit également qu'elle pourrait avoir à payer 500 millions de dollars pour indemniser des clients américains à qui elle a vendu des produits d'assurance de prêts avant mai 2012.

Nommé DG en 2011, Gulliver a vendu ou fermé 77 filiales et supprimé 55.000 postes pour tenter de simplifier la structure de du groupe, maîtriser sa croissance et améliorer ses résultats dans un contexte de durcissement des exigences de fonds propres par les régulateurs après la crise financière de 2008-2009.

HSBC a augmenté ses fonds propres de plus de 60% par rapport à leur niveau d'avant la crise et Gulliver a dit qu'il visait un ratio de fonds propres durs de 12% à 13% contre 10,9% actuellement, afin que la banque dispose de suffisamment de réserves pour faire face aux demandes des régulateurs.

En conséquence, HSBC a dit tabler désormais sur un ratio de retour sur fonds propres (ROE) de "plus de 10%" dans les trois à cinq prochaines années contre un précédent objectif, fixé en 2011, d'un niveau compris entre 12% et 15%.

Le ratio de retour sur fonds propres est tombé à 7,3% l'année dernière contre 9,2% en 2013.

Les coûts opérationnels récurrents ont progressé de 6,1% l'année dernière à 37,9 milliards de dollars, soulignant la difficulté de Gulliver à en maîtriser la progression dans un contexte de renforcement des exigences réglementaires imposant des recrutements dans les domaines de l'audit et de la conformité qui pèsent sur la rentabilité.

(Benoit Van Overstraeten et Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...