Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

EDF : La grève contre le projet Hercule freine la production nucléaire

jeudi 26 novembre 2020 à 09h47
Marché : EDF: La grève contre le projet Hercule freine la production nucléaire

PARIS (Reuters) - Un mouvement de grève des salariés d'EDF contre le projet de réorganisation du groupe a entraîné jeudi une baisse marquée de la production d'électricité d'origine nucléaire en France, selon les données compilées par le gestionnaire des lignes à haute tension RTE.

La baisse a atteint juqu'à 6,7 gigawatts (GW) par rapport à mercredi, vers 16h30, soit l'équivalent de la production de sept réacteurs environ.

Toujours selon les chiffres fournis par RTE, qui ne détaillent pas toutefois l'impact de la grève, la production hydroélectrique était en hausse de 62% à la même heure, à 13.295 mégawatts (MW), de même que celle des centrales à charbon (à 1.561 MW contre 137 MW). La France restait dans le même temps nettement exportatrice d'électricité.

Le taux de grévistes s'est établi à 31,6% sur l'effectif total d'EDF contre 29,7% lors d'un précédent mouvement lié au même sujet en octobre 2019, selon les chiffres communiqués en fin de journée par le groupe.

La CGT a de son côté évoqué 30 à 70% de grévistes en fonction des unités avec, à 16h, "près de 13.000 MW cumulés de production électrique mise à l'arrêt et entre les mains des grévistes, répartis sur une cinquantaine de sites de production".

Les fédérations Mines-Énergies CGT, CFE-CGC Énergies, FCE-CFDT et FO Énergie et Mines avaient appelé les salariés à la grève pour réaffirmer leur opposition au projet de réorganisation d'EDF, Hercule, qui prévoit notamment une séparation entre ses activités nucléaires et renouvelables.

Les syndicats, qui appellent à défendre le service public de l'énergie, protestent également contre le projet d'Engie de créer une nouvelle entité regroupant une partie de ses activités de services en vue de les céder.

"Le fait que tout se trame dans le dos des travailleurs et des citoyens accentue la colère des grévistes", a estimé la CGT jeudi, alors que le gouvernement français est en train de finaliser ses négociations avec la Commission européenne sur la réforme du nucléaire français et le projet Hercule.

"Les travailleurs de l'énergie bien que confinés en travail à distance ou en travail présentiel sur site ne sont pas résignés à laisser les dirigeants des entreprises, aidés par le gouvernement, détruire un système énergétique peu émetteur de CO2 !", a ajouté le syndicat, qui évoque une mobilisation semblable à celle du 17 octobre 2019, lors d'une précédente journée d'actions contre le plan Hercule.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2020 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+320.30 % vs +16.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat