Bourse > Actualités > Informations sociétés > Marché : Dubaï veut une garantie sur l'A380 avant d'en commander plus

Marché : Dubaï veut une garantie sur l'A380 avant d'en commander plus

Marché : Dubaï veut une garantie sur l'A380 avant d'en commander plusMarché : Dubaï veut une garantie sur l'A380 avant d'en commander plus

par Tim Hepher

DUBAI (Reuters) - Dubaï veut être sûr qu'Airbus poursuivra la production du très gros porteur A380 pendant encore 10 ans au moins avant que la compagnie nationale Emirates ne place une nouvelle commande, a déclaré lundi le président de cette dernière.

Dans un entretien à Reuters au Salon aéronautique de Dubaï, Tim Clark a également dit que le premier transporteur aérien du Moyen-Orient resterait sans doute fidèle au Dreamliner 787 de Boeing pour ses besoins en moyens porteurs après l'annonce dimanche d'une commande de 40 exemplaires de ce modèle, et il a précisé qu'il pourrait en commander encore ultérieurement.

L'espoir que nourrissait Airbus d'une nouvelle commande d'A380 par Emirates a été réduit à néant par la commande surprise de ces 40 bimoteurs 787-10 pour une valeur de 15,1 milliards de dollars (12,9 milliards d'euros) au prix catalogue.

Selon des délégués présents au Salon, Airbus pourrait être disposé à donner satisfaction à Emirates sur le maintien dans le temps de la production de son très gros porteur mais il a à peu près perdu tout espoir d'une commande cette semaine. Tom Enders, le président exécutif de l'avionneur européen, a d'ailleurs quitté Dubaï.

"Nous continuons de discuter avec eux", a dit Tim Clark à Reuters. "Que cela aboutisse dans le courant de la semaine ou dans les mois qui viennent, cela dépend vraiment d'eux", a-t-il ajouté.

Airbus a commencé à limiter la production de son quadrimoteur, qui à son lancement en 2007 se voulait une solution à la hausse continue du trafic aérien mais s'est vu dépasser par les améliorations constantes apportées aux grands bimoteurs moins gourmands en carburant.

Emirates est de loin le client le plus important du programme A380. La compagnie de Dubaï a commandé à ce stade 142 exemplaires du superjumbo, dont le centième lui a été livré la semaine dernière.

AIRBUS CHERCHERAIT À AUGMENTER LA CAPACITÉ DE L'A350

L'arrêt éventuel de la production de l'A380 déprécierait la valeur de la flotte d'Emirates et poserait des questions sur l'entretien de ses appareils existants, qui valent 436 millions de dollars l'unité au prix catalogue.

"Je crois que les propriétaires (d'Emirates) se préoccupent de la poursuite (du programme). Il leur faut une garantie en bonne et due forme que si on en achète encore, alors le modèle sera maintenu pendant un nombre d'années minimum", a déclaré Tim Clark.

"A mon avis, Airbus est prêt à s'engager mais sera-ce aujourd'hui, demain, la semaine prochaine ou dans quelques mois? Je n'en sais rien", a-t-il ajouté.

Exiger une garantie industrielle n'est pas courant et cela est sans doute du ressort du conseil d'administration d'Airbus, a-t-on estimé de sources du secteur.

Le patron d'Emirates a aussi semblé fermer la porte à une commande d'A350. "Je dirais qu'une fois qu'on a choisi le 787 on reste au 787, mais bien sûr il ne faut jamais dire jamais", a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu'Emirates pourrait commander des bimoteurs 787-9 en plus des 787-10, plus grands, dont la commande a été annoncée dimanche.

Selon des responsables du secteur aéronautique, Airbus a présenté la semaine dernière à Emirates un projet d'agrandissement des capacités de l'A350-900, sans parvenir à empêcher la compagnie de commander des 787-10 ce week-end.

Airbus dit que son A350-900, commercialisé initialement pour 317 passagers, peut désormais en transporter 325 dans sa version standard.

Boeing affirme pour sa part que le 787-10, conçu pour transporter 323 passagers, peut désormais en prendre 330.

L'accroissement des capacités d'un avion permet potentiellement aux compagnies de réduire leurs coûts d'exploitation par siège.

"Comme pour tous les programmes, nous examinons aussi de nouvelles améliorations des cabines sur l'A350 qui propose une plate-forme polyvalente et souple", a dit une porte-parole d'Airbus, en refusant d'entrer dans les détails. "En tant que constructeur aéronautique de premier plan, nous envisageons toujours de futures améliorations conformes aux besoins du marché et des clients."

(avec la contribution d'Alexander Cornwell, Wilfrid Exbrayat et Véronique Tison pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...