Bourse > Actualités > Informations sociétés > Marché : Delachaux renonce à la Bourse, la CDPQ rachète la part de CVC

Marché : Delachaux renonce à la Bourse, la CDPQ rachète la part de CVC

tradingsat

PARIS (Reuters) - Delachaux a annoncé jeudi le rachat, par la famille Delachaux et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), de la part du fonds CVC Capital Partners dans le capital du groupe, une opération qui le conduit à renoncer à faire son retour en Bourse dix jours après avoir détaillé les modalités de son IPO.

L'entreprise d'ingénierie et de solutions industrielles, qui avait quitté la cote en 2011 avec l'arrivée du fonds CVC, avait prévu de revenir sur le marché actions d'ici la fin du mois de juin avec la sortie prévue du fonds d'investissement.

La fourchette indicative du prix de l'offre avait été fixée le 4 juin à entre 18,50 euros et 22,50 euros par action, pouvant valoriser l'entreprise jusqu'à 1,48 milliard d'euros..

Delachaux ne donne aucune précision sur les conditions du rachat, mais de source proche du dossier, on note que la CDPQ a manifesté son intérêt pour la part de CVC après la fixation du prix indicatif pour l'introduction sur le marché.

"Il n'y avait pas de 'dual track' (procédure par laquelle une entreprise prévoit à la fois une mise en Bourse et une solution hors marché)", a précisé cette source.

A l'issue de l'opération, la famille Delachaux consolidera sa position d'actionnaire majoritaire, tandis que la CDPQ devrait avoir plus de 45% du capital.

"Nous allons ouvrir un nouveau chapitre de l'histoire centenaire du groupe aux côtés de CDPQ et de la famille Delachaux. Avec leur soutien, le groupe serait idéalement positionné pour capter le plein potentiel de ses marchés", déclare Guy Talbourdet, PDG du groupe Delachaux.

La société a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 841 millions d'euros, un résultat opérationnel courant (Ebit ajusté) de 112 millions d'euros et une marge d'Ebit ajusté de 13,3%.

Présent dans plus de 35 pays, il sert principalement l'infrastructure du rail et les secteurs portuaire, aéronautique, logistique ou encore minier, et emploie 3.000 personnes.

(Pascale Denis, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2018 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...