Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Coronavirus : Feu vert européen au vaccin Pfizer-BioNTech

lundi 21 décembre 2020 à 15h21
Marché : Coronavirus: L'UE donne son feu vert au candidat vaccin de Pfizer et BioNTech

par Bart H. Meijer

AMSTERDAM (Reuters) - Les autorités européennes ont donné lundi leur feu vert à l'utilisation du vaccin de Pfizer et BioNTech contre le COVID-19, ce qui devrait permettre aux pays de l'Union de lancer leurs campagnes de vaccination dans moins d'une semaine.

Plusieurs pays du bloc communautaire parmi lesquels l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie et la France ont fait savoir qu'ils entendaient débuter les vaccinations à compter du 27 décembre, alors que le déploiement du vaccin a déjà commencé ce mois-ci au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

La Commission européenne a donné son autorisation à l'utilisation de ce vaccin quelques heures seulement après l'avis favorable de l'Agence européenne des médicaments (EMA).

"Aujourd’hui, la Commission approuve la mise sur le marché du premier vaccin contre (le COVID-19) pour les citoyens (européens)", a-t-elle déclaré sur Twitter.

"D’autres suivront. Ce vaccin sera mis à disposition des pays (de l'UE) au même moment, dans les mêmes conditions", a-t-elle ajouté.

L'autorisation d'urgence accordée par l'EMA est valable un an et peut être renouvelée chaque année. Elle peut devenir standard au gré de nouvelles données, passant ainsi à une validation de cinq ans, sans limite de renouvellement.

Dans un message publié sur Twitter, Olivier Véran, le ministre français de la Santé, a déclaré que la campagne de vaccination française et européenne démarrerait dimanche.

"L'agence européenne du médicament vient d'autoriser le vaccin Pfizer. Cette semaine devraient intervenir l'avis de la Commission européenne, de la Haute Autorité de Santé, et les premières livraisons. Début de la campagne de vaccination française et européenne dimanche !", a-t-il écrit.

"LE SIGNE QUE 2021 POURRA ÊTRE PLUS AGRÉABLE"

La directrice exécutive de l'EMA a cependant prévenu que la vaccination d'une part suffisamment importante de la population européenne prendrait du temps.

"Les vaccins ne seront pas à eux seuls le remède miracle qui nous permettra de retrouver une vie normale, mais l'autorisation de ce premier vaccin est assurément un grand pas dans la bonne direction et le signe que 2021 pourra être plus agréable que 2020", a dit Emer Cooke à la presse.

L'Europe s'apprête à lancer cette campagne de vaccination alors qu'une nouvelle souche du coronavirus a été découverte en Grande-Bretagne, ce qui a conduit plusieurs pays à suspendre provisoirement les liaisons de transport avec le Royaume-Uni.

Selon l'Agence européenne des médicaments, le vaccin de Pfizer et BioNTech devrait être en mesure de protéger contre ce nouveau variant.

S'agissant de la vaccination des femmes enceintes, l'EMA a indiqué que la situation devrait être examinée au cas par cas. L'agence dit ne pas disposer de suffisamment de données sur les risques pour les femmes enceintes.

L'arrivée de ce vaccin dans l'UE intervient également dans un contexte de résurgence de l'épidémie sur le Vieux Continent avec quelque 470.000 décès à ce stade. Plusieurs pays ont imposé un nouveau confinement ou durci les mesures de restriction pour tenter de freiner la propagation du virus et éviter ainsi une saturation du système de santé.

AVIS ATTENDU LE 6 JANVIER SUR LE VACCIN DE MODERNA

Des étudiants en médecine, des médecins à la retraite, des pharmaciens et même des militaires ont été mobilisés pour prendre part à une campagne européenne de vaccination d'une ampleur sans précédent.

Le personnel de santé et les résidents des Ehpad devraient figurer parmi les premières personnes vaccinées. Le grand public dans la plupart des pays de l'UE ne sera vacciné qu'à la fin du premier trimestre au mieux.

L'Union européenne vise cependant une vaccination d'au moins 70% de ses 450 millions d'habitants. Elle a commandé 200 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, soit de quoi vacciner 100 millions de personnes, au prix de 15,50 euros la dose. Elle a conclu un accord portant sur 100 millions de doses supplémentaires dont le calendrier de livraison est encore en cours de négociation.

L'EMA devrait maintenant rendre son avis le 6 janvier sur un autre vaccin, celui de Moderna, également conçu avec la technologie innovante de l'ARN messager.

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada, ont déjà autorisé en urgence l'utilisation du vaccin de Pfizer et BioNtech.

Samedi, la Suisse a également donné son feu vert à l'usage de ce vaccin.

L'EMA a affirmé n'avoir cédé à aucune pression politique pour accélérer son examen du vaccin Pfizer-BioNTech et a défendu sa procédure de décision, plus lente qu'au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

"Nous nous sommes exclusivement concentrés sur la science, il y a eu trop de personnes dans les Etats membres impliquées dans l'examen scientifique pour permettre la moindre manipulation ou adaptation politique", a dit le président du comité des médicaments à usage humain (CHMP) au sein de l'EMA.

(Avec Keith Weir et Josephine Mason à Londres, Patricia Weiss à Francfort, version française Anait Miridzhanian, Claude Chendjou et Bertrand Boucey, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2020 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+322.80 % vs +16.63 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat