Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BNP Paribas : 1er trimestre meilleur qu'attendu, les activités de marchés en pointe

vendredi 30 avril 2021 à 07h46
Marché : BNP Paribas: T1 meilleur qu'attendu, les activités de marchés en pointe

par Marc Angrand et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - BNP Paribas a publié vendredi des résultats trimestriels en hausse et supérieurs aux attentes grâce à la croissance de ses revenus, notamment dans les activités de marchés, et à la baisse de son coût du risque.

L'action de la première banque de la zone euro par la capitalisation boursière perdait toutefois plus de 1,5% en milieu d'après-midi, certains investisseurs s'inquiétant de l'augmentation des coûts.

Le groupe dirigé par Jean-Laurent Bonnafé a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice net part du groupe de 1,768 milliard d'euros, en hausse de 37,9% par rapport au premier trimestre 2020.

Son produit net bancaire (PNB) a progressé de 8,6% sur un an à 11,829 milliards d'euros. Les analystes financiers interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un bénéfice net de 1,20 milliard pour un PNB de 11,18 milliards.

Les revenus de la division de banque de financement et d'investissement (BFI) affichent une croissance de 24,3%, grâce entre autres à une hausse de 41,4% des seules activités de marché. Le rebond des revenus tirés du marché primaire a en effet plus que compensé une chute de 15,7% de ceux des activités de taux fixes, devises et matières premières (FICC).

Les activités liées aux marchés d'actions ont généré 697 millions d'euros de revenus en trois mois. Elles avaient fortement souffert sur la même période l'an dernier, les suspensions de dividendes liées à la crise s'étant soldées par des pertes sur des produits dérivés.

Ce segment est l'un des axes privilégiés par le groupe, qui a repris en 2019 les activités de "prime brokerage" de Deutsche Bank et annoncé le mois dernier vouloir monter à 100% au capital d'Exane.

"Les activités primaires, de crédit et de dérivés sur matières premières enregistrent de très bonnes performances mais le contexte est moins porteur qu'au premier trimestre 2020 pour les activités de taux et de change", ajoute-t-il dans un communiqué qui ne mentionne aucun impact de la faillite du fonds américain Archegos.

2021 POURRAIT ÊTRE MEILLEURE QU'ANTICIPÉ EN FÉVRIER

A titre de comparaison, Deutsche Bank a fait état mercredi d'une hausse de 34%, à près de 2,5 milliards d'euros, des revenus de ses activités de taux fixes et de devises, contre +31% pour Goldman Sachs et +15% pour J.P. Morgan Chase.

Pour BNP Paribas, le dynamisme des activités de marchés tranche avec l'atonie de celles de la banque de détail, dont le PNB, à 7,84 milliards d'euros, affiche une croissance limitée à 0,3% sur un an.

La banque française estime néanmoins que l'évolution de ses activités sur l'ensemble de cette année pourrait être plus favorable qu'indiqué en février, a expliqué son directeur financier, Lars Machenil, lors d'une présentation aux analystes.

"Vous aurez noté que la dynamique du premier trimestre a été très bonne, et même meilleure que nous ne l'avions anticipée", a-t-il dit, ajoutant que "la tendance générale pour 2021 devrait être supérieure aux indications données en février".

Sur les trois premiers mois de l'année, le coût du risque a été ramené à 896 millions d'euros, soit une baisse de 37% sur un an. Il avait bondi à 1,426 milliard sur janvier-mars 2020 et le trimestre s'était soldé par un recul de 2,3% du PNB et une chute d'un tiers du bénéfice net.

Rapporté aux encours de crédit, le coût du risque retombe à 42 points de base au premier trimestre, contre 66 points sur l'ensemble de 2020 et 39 points en 2019.

En Bourse, le titre BNP Paribas cédait 1,54% à 53,00 euros vers 15h35. Il affiche toutefois encore une progression de plus de 20% depuis le début de l'année et de plus de 75% sur un an.

Les analystes de Citi saluent dans une note des résultats "solides" mais soulignent l'évolution des coûts, "plus élevés qu'attendu, notamment en BFI". Les frais de gestion de cette division ont augmenté de 15,6% sur un an, ceux de l'ensemble du groupe de 5,4%.

Le début de la saison des résultats dans le secteur bancaire européen a été contrasté: si Deutsche Bank a publié ses meilleurs trimestriels depuis 2014 et si Santander a pratiquement quintuplé ses profits, UBS et Credit Suisse ont annoncé de lourdes charges liées au dossier Archegos.

Vendredi, Barclays chutait de 6,75% en Bourse de Londres, le marché sanctionnant entre autres une chute de 35% des activités de FICC.

(Edité par Blandine Hénault et Patrick Vignal)

Copyright © 2021 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +32.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat