Bourse > Actualités > Informations sociétés > Marché : Bain s'allie à des groupes high-tech pour les puces de Toshiba

Marché : Bain s'allie à des groupes high-tech pour les puces de Toshiba

Marché : Bain s'allie à des groupes high-tech pour les puces de ToshibaMarché : Bain s'allie à des groupes high-tech pour les puces de Toshiba

TOKYO (Reuters) - Le fonds d'investissement américain Bain Capital, désormais favori pour le rachat de la division de semi-conducteurs de Toshiba, a annoncé vendredi avoir intégré Dell et d'autres entreprises technologiques à son consortium afin de renforcer son offre.

Toshiba a annoncé mercredi la signature d'un protocole d'accord avec le consortium formé par Bain Capital et SK Hynix, entre autres, pour la vente de sa division de puces Nand, numéro deux du secteur derrière le sud-coréen Samsung Electronics. Le conglomérat japonais n'a toutefois pas exclu un accord avec d'autres prétendants, notamment Western Digital (WD).

Selon des sources, le consortium de Bain Capital propose une offre de 2.400 milliards de yens (environ 18,2 milliards d'euros) et un investissement de 200 milliards de yens dans les infrastructures.

Bain Capital a indiqué dans un communiqué que ce consortium avait pour membres, entre autres, Apple, le fabricant de mémoires Kingston Technology et la société de stockage de données Seagate Technology, "qui injecteront des fonds en signe d'un large soutien du secteur pour un Toshiba indépendant".

Le montant de l'investissement de chacun des membres n'a pas été communiqué.

Toshiba veut céder sa division de puces afin de couvrir les pertes de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse en dépôt de bilan. Le conglomérat avait espéré parvenir à un accord au plus tard mercredi dernier avec WD, le groupe américain avec lequel il exploite conjointement sa principale usine de fabrication de puces au Japon, mais selon des sources, les discussions entre les deux partenaires ont échoué.

Bain avait été initialement choisi en juin pour entamer des discussions avec Toshiba avant une volte-face en août en faveur du consortium amené par Western Digital, qui considère toujours que le conglomérat japonais ne peut pas céder sa division de puces sans son consentement.

Depuis, une bataille juridique oppose Western Digital et Toshiba mais Bain a déclaré vendredi qu'il respecterait "tous les termes contractuels de la coentreprise avec Western Digital".

(Junko Fujita, Ritsuko Ando et Makiko Yamazaki; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...