Bourse > Actualités > Informations sociétés > Marché : Accord de principe entre Toshiba et WD sur les puces

Marché : Accord de principe entre Toshiba et WD sur les puces

Marché : Accord de principe entre Toshiba et WD sur les pucesMarché : Accord de principe entre Toshiba et WD sur les puces

TOKYO, (Reuters) - Toshiba et Western Digital (WD) ont trouvé un accord de principe pour régler leur litige concernant la filiale de semi-conducteurs que le groupe japonais entend céder pour 18 milliards de dollars (15,30 milliards d'euros), ont rapporté vendredi des sources au fait des discussions.

Le conseil d'administration du conglomérat nippon a approuvé le cadre de ce règlement et espère parvenir à un accord définitif d'ici la semaine prochaine, a dit l'une d'elles.

Toshiba annoncé en septembre la signature d'un accord de cession de la filiale à un consortium emmené par Bain Capital.

Western Digital, partenaire de Toshiba dans une coentreprise de puces au Japon et candidat à l'acquisition de cette structure, conteste l'opération et a porté l'affaire en justice, estimant qu'elle ne peut se faire sans son consentement.

Selon les termes de l'accord en discussion, Western Digital laisserait faire l'opération en échange d'une extension du partenariat de coentreprise avec Toshiba. Le groupe américain pourrait ainsi investir dans une nouvelle ligne de production de mémoires flash qui devrait être lancée l'année prochaine, ont ajouté deux sources.

Un porte-parole de Toshiba a déclaré que si le groupe était ouvert à un règlement, il ne dévoilerait pas le contenu précis des discussions de son conseil d'administration. "Ce n'est pas un fait que nous sommes parvenus à un accord avec Western Digital", a-t-il dit.

Western Digital a refusé de s'exprimer.

Toshiba doit céder sa division mémoires pour couvrir les pertes liées à Westinghouse, sa filiale nucléaire américaine en dépôt de bilan.

Selon l'accord conclu avec le consortium Bain, l'industriel japonais réinvestira toutefois dans sa filiale de puces mémoire et en conservera avec son compatriote Hoya, un équipementier de puces, plus de 50%, comme le souhaite le gouvernement japonais.

(Makiko Yamazaki, avec Yoshiyasu Shida; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...