Bourse > Actualités > Informations sociétésffrfrfr > Le trading obligataire a plombé les résultats de citigroup

Le trading obligataire a plombé les résultats de citigroup

tradingsat

par Maria Aspan

NEW-YORK (Reuters) - Le bénéfice de Citigroup a chuté de 32 % au premier trimestre, en raison d'une baisse du revenu tiré du trading obligataire et d'un bond des charges d'exploitation.

Ce bénéfice est toutefois meilleur que ce qu'attendaient les analystes et l'action gagnait 0,9% à 4,46 dollars en matinée.

Cela étant, la troisième banque américaine a surtout dégagé du bénéfice en puisant dans des fonds qui étaient auparavant immobilisées pour couvrir les créances douteuses, et ce à hauteur de 3,37 milliards de dollars, tendance qui s'est retrouvée dans d'autres banques américaines.

Son produit net bancaire (PNB) a chuté de 22% à 19,7 milliards de dollars et ses charges d'exploitation ont augmenté de 7% en partie à cause d'une augmentation des rémunérations et des frais juridiques.

Le directeur financier John Gerspach n'a pas voulu s'exprimer sur l'augmentation de cette dernière catégorie de dépenses.

"IL FAUT LE DIRE VITE"

"Les chiffres semblent bons au regard des prévisions mais il faut le dire vite", a déclaré Michael Holland, président du fonds monétaire Holland & Co. "Je pense que l'augmentation médiocre des prêts n'est que la confirmation de ce qu'on attendait"

Citigroup a déclaré un bénéfice de 3 milliards de dollars, soit 10 cents par action, en retrait par rapport aux 4,4 milliards, soit 15 cents par action, de l'année dernière. Les analystes avaient en moyenne prévu un BPA de 9 centimes par action, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Il s'agit du cinquième bénéfice trimestriel consécutif pour Citigroup, qui récupère lentement après avoir bénéficié d'un renflouement public de 45 milliards de dollars pendant la crise financière.

Fin 2010, l'Etat avait rétrocédé la totalité de ses actions ordinaires Citigroup et la banque avait publié l'an passé son premier bénéfice annuel depuis 2007.

Tout comme ses concurrentes JPMorgan Chase et Bank of America, Citigroup peine à accroître ses revenus dans un environnement de trading difficile, où la demande de crédit des emprunteurs solvables est faible.

Toutefois, son actif a augmenté durant le trimestre, à 1.330 milliards de dollars, en hausse de 3,6% sur le quatrième trimestre 2010. Pourtant, les prêts ont diminué de 1,8% suivant le même comparatif.

Le trading obligataire a vu son revenu chuter de 29 % à 3,8 milliards de dollars.

Joe Rauch à Charlotte, Marion Douet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...