Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Le repli des bénéfices de Lufthansa à fin septembre sanctionné en Bourse

mardi 30 octobre 2018 à 11h50
L'avionneur allemand dévisse en Bourse

(BFM Bourse) - L'absorption coûteuse d'Air Berlin et la hausse des prix du carburant pèsent sur l'activité de Lufthansa qui enregistre une baisse de 9,8% du bénéfice trimestriel. La compagnie allemande, qui prévoit un ralentissement de son rythme de croissance en 2018, voit son cours chuter 7% à la Bourse de Francfort.

Le géant allemand du transport aérien, Lufthansa, a annoncé mardi matin des résultats décevants, immédiatement sanctionnés par les investisseurs. Vers 11h45 à la Bourse de Francfort le titre perdait 7,5% à 17,42 euros. Les analystes pointent le repli du bénéfice net sur les trois premiers trimestres de 2018 (-9,8%), à cause de l'absorption d'Air Berlin qui se révèle coûteuse et d'une hausse des prix des carburants.

Activité en hausse mais bénéfices en recul

Sur la période cruciale que constituent les vacances d'été pour les compagnies aériennes, entre juillet et septembre, le bénéfice net est ressorti à 1,07 milliard d'euros, en recul de plus de 10% par rapport au troisième trimestre 2017. Le bénéfice d'exploitation -ajusté de certains éléments exceptionnels- a également reculé, de près de 11%, à 1,35 milliard d'euros. L'Ebit ajusté (une mesure de résultat opérationnel) a reculé de 7,7% à 2,36 milliards d'euros.

Le groupe allemand a dans le même temps transporté un nombre record de passagers, soit 108,5 millions. Lufthansa a aussi battu un record en termes de taux d'occupation, à 82%. Son chiffre d'affaires n'a toutefois que marginalement progressé (+0,5%) à 26,9 milliards d'euros sur les neuf mois écoulés.

Intégration coûteuse d'Air Berlin

Avec 50 millions d'euros, l'absorption d'Air Berlin pèse pour la dernière fois au troisième trimestre sur le résultat, indique le groupe, précisant qu'en absence de ces coûts, la compagnie aurait réalisé un nouveau record pour son Ebit ajusté. Désormais finalisée, l'intégration d'Air Berlin aura coûté 170 millions d'euros sur les trois derniers trimestres, indique le groupe dans son communiqué. Les activités de la compagnie berlinoise avalée par Lufthansa ont été majoritairement intégrées à Eurowings, la filiale low-cost de l'avionneur.

Les coûts de carburant et les charges liées aux retards qui se sont multipliés cet été pèsent aussi lourdement sur le résultat des neuf premiers mois, avec des pertes liées qui s'élèvent à 536 millions d'euros. Sur une base comparable -hors variation de volume de passagers-, Lufthansa prévoit que les coûts de carburant augmenteront encore de 900 millions d'euros en 2019.

Maintien des objectifs 2018

"Nous avons réalisé de solides résultats sur les neuf premiers mois de l'année et nous sommes toujours en course pour notre deuxième meilleur Ebit annuel" indique le directeur financier du groupe, Ulrik Svensson, qui ajoute que "les prévisions de bénéfices pour 2018 restent donc inchangées, à un niveau légèrement inférieur à celui de 2017". Le groupe prévient cependant que le rythme de croissance de ses capacités se réduira en 2018, à près de 4% sur la première moitié de l'année, après une hausse de 8% en 2018 en raison principalement de la croissance chez Eurowings.

Le titre recule à son plus bas depuis plus d'un an

À 11h45, l'action du groupe Lufthansa cédait 7,49% à 17,425 euros, après avoir atteint près de 10% de pertes au cours de la matinée. Le cours du titre de l'avionneur recule ainsi à son plus bas niveau depuis fin mai - début juin 2017. Il faut dire que le titre est très mal orienté depuis le 1er janvier (-43%), sous l'effet notamment de la remontée du cours du baril de pétrole.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.60 % vs +0.30 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat