Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Le gros des pertes d'emplois chez opel en allemagne

mercredi 25 novembre 2009 à 17h55
Le gros des pertes d'emplois chez opel en allemagne

FRANCFORT (Reuters) - L'Allemagne supportera la plus grande partie des quelque 9.000 suppressions d'emplois que General Motors envisage en Europe dans le cadre de la réorganisation de sa filiale Opel, déclare Nick Reilly, le responsable par intérim des opérations européennes du constructeur américain.

Nick Reilly avait dit à l'origine que la moitié environ des pertes d'emplois auraient lieu en Allemagne, puis il a déclaré: "Je changerais cela pour dire sans doute entre 50 et 60%".

Il a ajouté qu'aucune décision ne serait prise sans consultation préalable des syndicats d'Opel le mois prochain, ajoutant que l'avenir de l'usine Opel d'Anvers était "incertain".

Le chef du comité d'entreprise d'Opel Klaus Franz a précisé que le plan de restructuration de GM comportait près de 8.700 suppressions d'emplois en Europe au total.

Il a ajouté que le syndicat IG Metall n'accepterait pas le plan de General Motors et en appellerait au gouvernement. Klaus Franz remarque notamment que GM n'a présenté aucune proposition concrète en vue d'accorder à Opel une plus grande autonomie.

Klaus Franz a ensuite donné un compte rendu détaillé des suppressions de postes en notant que les usines britannique d'Ellesmore Port et polonaise de Gliwice ne seraient pas touchées, non plus que les sites de composants en Hongrie et en Autriche.

En revanche, le site allemand de Rüsselsheim perdrait près de 2.500 emplois, ceux d'Eisenach et de Kaiserslautern 300 chacun et celui de Bochum 1.799.

L'usine espagnole de Saragosse supprimerait 900 emplois.

L'usine d'Anvers perdrait 2.321 emplois si elle était fermée et 750 seulement si elle était conservée pour la construction de petits 4x4, a encore dit Klaus Franz.

Le responsable syndical du site Opel d'Anvers estime que les négociations sur l'avenir de ce dernier seront conclues dans les deux semaines qui viennent.

GM a un autre dossier sur les bras, celui du constructeur automobile suédois Saab. Il a dû en annuler la vente sur demande du constructeur de voitures de sport suédois Koenigsegg, qui faisait jusqu'alors figure de futur repreneur.

Pour autant, GM ne désespère pas de vendre Saab Automobile, selon le secrétaire d'Etat à l'Industrie suédois Joran Hagglund.

Stockholm exclut un sauvetage public du constructeur même si l'annulation de la vente remet en cause l'avenir de la marque.

Michael Shields, version française Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2009 Thomson Reuters

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +40.13 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat