Bourse > Actualités > Informations sociétés > Le cee de gdf rend un avis négatif sur la fusion avec suez

Le cee de gdf rend un avis négatif sur la fusion avec suez

tradingsat

PARIS (Reuters) - Le comité d'entreprise européen (CEE) de Gaz de France a rendu un avis négatif sur le projet de fusion du groupe gazier avec Suez, a-t-on appris auprès de la CGT et du groupe gazier.

Cet avis consultatif était indispensable pour que le processus de fusion se poursuive et puisse se conclure avant la fin du mois de juin, conformément à l'objectif de deux groupes.

"Le Comité d'entreprise européen de Gaz de France vient d'émettre aujourd'hui un avis négatif sur (le projet de fusion) (...). Les représentants du personnel en CEE considèrent en effet que la fusion de Gaz de France avec le groupe privé Suez (...) parachèverait la privatisation de Gaz de France", écrit la CGT dans un communiqué.

L'opération "conduirait à une mise en concurrence frontale de Gaz de France avec EDF et à fragiliser en conséquence le service commun de distribution et les synergies de service public entre EDF et GDF", ajoute le syndicat.

Fin février, le P-DG de GDF Jean-François Cirelli avait indiqué que le comité central d'entreprise (CCE) devrait pour sa part se prononcer "courant avril". Il s'était également dit prêt à donner des garanties en termes d'emploi et de dialogue au niveau européen.

"Pour les activités de services énergétiques, cette fusion aurait (...) des conséquences lourdes en termes de suppressions d'emploi à l'échelle européenne. La mise en Bourse de la filiale 'eau et environnement' de Suez présente de forts risques pour les salariés et le service public de l'eau. Enfin, les usagers peuvent s'attendre à de fortes augmentations des tarifs des énergies", estime la CGT.

"Nous avons obtenu des garanties, notamment sur l'emploi et sur l'accompagnement des salariés. Nous avons pris acte de ces garanties mais, au regard des conséquences néfastes de la fusion, nous avons émis un avis négatif", a pour sa part indiqué à Reuters Martine Feuillerat, secrétaire (CGT) du CEE de Gaz de France.

"UNE ETAPE"

Une porte-parole de GDF a quant à elle déclaré : "C'est une étape, le fruit d'un travail mené avec les représentants du personnel depuis plusieurs mois. Il nous reste à compléter les discussions avec le CCE."

Une fois obtenus l'avis consultatif du CCE de GDF - les instances de Suez se sont déjà prononcées -, les traités de fusion pourront être élaborés et approuvés par les conseils d'administration des deux groupes, qui prévoient de fusionner d'ici à la fin du 1er semestre.

Un mois séparera ensuite la convocation des assemblées générales extraordinaires et leur tenue.

Des questions étaient apparues sur le calendrier après une décision de justice, début janvier, contraignant Gaz de France à fournir des informations complémentaires au CCE afin qu'il puisse émettre un avis consultatif mais obligatoire sur le projet de rapprochement.

Après un premier projet de fusion de février 2006 embourbé, les deux groupes avaient présenté le 3 septembre 2007 une nouvelle version prévoyant un rapprochement par échange d'actions sur la base de 21 GDF pour 22 Suez, 65% de la branche environnement de Suez étant distribué préalablement aux actionnaires de Suez.

Benjamin Mallet

Copyright (C) 2007-2008 Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...