Bourse > Actualités > Informations sociétés > La sncf veut devenir un acteur majeur du fret d'ici à 2012

La sncf veut devenir un acteur majeur du fret d'ici à 2012

tradingsat

par Matthias Blamont

PARIS (Reuters) - La SNCF veut voir son résultat d'exploitation doubler d'ici à 2012 et figurer à cette date parmi les cinq premiers acteurs mondiaux du fret.

"L'entreprise se trouve dans une situation exceptionnelle. Nous constatons qu'il y a, partout en Europe, une formidable demande pour le ferroviaire, nous avons donc des opportunités à saisir et il y a des sociétés à reprendre", a déclaré mercredi Guillaume Pépy, son président, au cours d'une conférence de presse.

Le nouveau dirigeant, qui a succédé fin février à Anne-Marie Idrac, a présenté son "projet d'entreprise" après avoir commenté des résultats 2007 marqués par un résultat net part du groupe multiplié par près de trois, à 1,04 milliard d'euros, et par un chiffre d'affaires de 23,6 milliards d'euros, en hausse de 8%.

"Le fret et la logistique constituent ma première priorité, nous devons poursuivre leur redressement, a expliqué Guillaume Pépy, je déplore qu'il n'y ait aucun champion français dans ce secteur. Nous effectuerons des opérations de croissance externe et nous nous préparons à investir, notamment pour proposer prochainement, avec La Poste, une offre de fret à très grande vitesse."

Guillaume Pépy s'est refusé à livrer plus de détails sur les cibles potentielles identifiées par ses équipes et à donner des éléments de calendrier ou de financement. Selon lui, davantage d'informations devraient être communiquées avant la fin du mois de juin.

"Je veux bâtir un projet à l'échelle de toute l'entreprise pour que la SNCF soit, en 2012, un groupe de services de dimension mondiale. Nous n'en sommes toutefois qu'aux fondations, j'évoquerai le plan définitif fin juin après un travail interne avec les cadres, les salariés et les organisations syndicales", a-t-il dit.

Il a néanmoins dessiné les grandes orientations du groupe pour cinq prochaines années.

Au delà d'une vaste offensive sur le fret, dont l'activité a tourné au ralenti ces dernières années, le groupe veut être en mesure de proposer deux à trois nouvelles offres commerciales par an. En 2008, il s'agira d'"iDNight" - des trains transformés en discothèque à l'attention des 18-30 ans - et d'une nouvelle billettique pour les Trains express régionaux.

La SNCF veut également porter la dynamique positive du TGV à toutes les autres branches du transporteur. Pour cela, il faudra investir dans les TER, les trains Corail et les RER de la région parisienne. Là encore, Guillaume Pépy n'a pas souhaité dire quel montant serait alloué à cet effort mais a souligné qu'en 2008, quelque quatre milliards d'euros seraient consacrés à la modernisation du réseau de l'entreprise et de ses infrastructures.

La ligne D du RER, la ligne d'Ile-de-France la plus fréquentée, devrait faire l'objet d'un soin particulièrement attentif.

"Nous avons besoin d'un programme choc sur cette ligne. Il y aura des annonces dans les prochaines semaines", a promis Guillaume Pépy.

Du côté du TGV, la SNCF souhaite proposer 12 millions de places supplémentaires d'ici à 2010 grâce à la livraison de nouvelles rames.

"Nous allons renforcer la part des TGV 'Duplex' et oeuvrer à la mise en place sur plusieurs lignes d'une vitesse commerciale à 350 kilomètres heure", a expliqué Guillaume Pépy.

La SNCF veut parallèlement porter la régularité des TER de 91% actuellement à 94% dans cinq ans.

2007 ANNEE RECORD

Publiant pour la première fois ses comptes aux normes IFRS, l'entreprise publique a dégagé l'an dernier un résultat net récurrent de 657 millions d'euros, en augmentation de 103%. La SNCF affiche ainsi des profits pour la quatrième année consécutive.

Le résultat opérationnel courant a progressé de 15,5% à 994 millions d'euros, ce qui représente une marge de 4,2%.

Les mouvements sociaux de l'automne dernier ont représenté un coût de 260 millions d'euros. Si la grève n'avait pas eu lieu, le résultat net récurrent aurait dépassé les 900 millions.

L'endettement a poursuivi son déclin, passant de 6,4 milliards d'euros en 2006 à 4,5 milliards, tandis que le cash flow libre a atteint 302 millions d'euros.

Les investissements ont totalisé 2,9 milliards d'euros.

L'activité Transport et Logistique, qui comprend le fret, a encore affiché une perte courante de 23 millions d'euros, contre 74 millions d'euros l'année précédente.

Pour la première fois de son histoire, la SNCF s'apprête à verser à l'Etat un dividende, de 131 millions d'euros. La CGT a dénoncé cette initiative .

Guillaume Pépy a toutefois fait savoir que, sur cette somme, 50 millions d'euros seraient réinvestis dans le "développement du ferroviaire" via une subvention à Réseau Ferré de France (RFF).

Copyright (C) 2007-2008 Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...