Bourse > Actualités > Informations sociétésffrfrfr > Invensys : S'envole à Londres, discussions avec Schneider

Invensys : S'envole à Londres, discussions avec Schneider

tradingsat

(CercleFinance.com) - Invensys et Schneider Electric ont tous deux confirmé être en discussion en vue d'un rachat du premier par le second. Invensys semble décidé à accepter une offre à 505 pence par titre qui le valoriserait 3,8 milliards d'euros environ. Plusieurs bureaux d'études saluent ce matin l'intérêt stratégique de l'opération pour le groupe français.

Invensys est un groupe britannique d'ingéniérie spécialisé notamment dans les systèmes de contrôle et de gestion de l'énergie et les automatismes industriels.

Hier soir en Bourse de Londres, l'action Invensys a terminé à 440 pence. Ce matin, elle s'envole de 15,2% à 507 pence, ce qui représente une prime de 14,8% sur le dernier cours coté, et capitalise ainsi 3,3 milliards de sterlings, soit 3,8 milliards d'euros environ.

Notons que le cours le plus bas atteint ce matin par l'action Invensys est à cette heure de 506,5 pence.

A Paris en revanche, l'action Schneider Electric dévisse de 3,8% à 55,8 euros.

Ce matin, le groupe français déclarait : “Schneider Electric considère que cette acquisition, si elle se conclut, présenterait un intérêt stratégique et financier majeur. Cette acquisition permettrait en effet d'accroître son exposition sur le secteur particulièrement attractif des automatismes industriels.” “De plus, Schneider Electric estime que la transaction, si elle se conclut, permettrait de réaliser des synergies”

Conformément au droit boursier britannique, Schneider Electric est désormais tenu, au plus tard le 8 août 2013, d'annoncer soit son intention ferme de faire une offre sur Invensys, soit d'y renoncer.

De son côté Invensys confirme ces informations mais y ajoute une estimation de prix : le groupe britannique indique voir reçu une “offre indicative” mixte de Schneider à 505 pence par action, ce qui comprend 319 pence en espèces (63,1% de l'offre) et 186 pence en actions nouvelles Schneider Electric.

Le conseil d'administration d'Invensys a signifié à Schneider Electric “qu'il est susceptible de recommander une offre ferme à ce prix”, tout en indiquant qu'il a effectué ces déclarations sans avoir obtenu préalablement l'accord de Schneider. A ce stade, les discussions qui n'en sont qu'à un stade préliminaire se poursuivent.

Plusieurs bureaux d'études ont réagi à cette annonce ce matin. Chez Exane BNP Paribas, les analystes indiquent 'comprendre la motivation stratégique' du groupe français, puisque 80% environ de la valeur d'entreprise d'Invensys est concentrée sur les systèmes numériques de contrôle-commande (DCS, selon l'acronyme anglais) et que dans ce domaine, les deux seules cibles possibles sont Invensys et le japonais Yokogawa.

Mais ils n'attendaient pas 'à court terme' d'offre sur un groupe de cette taille, Schneider ayant déclaré qu'il préférerait les opérations de taille moyenne.

Pour autant, et alors qu'une OPA trop massive fait partie des craintes récurrentes des investisseurs envers Schneider, le groupe français 'dispose d'un savoir-faire en matière d'intégration et Invensys n'est pas Tyco', grand groupe d'origine américaine qui avait, voilà deux ans notamment, fait l'objet de rumeurs d'offre de la part de Schneider.

En effet, l'acquisition d'Invensys se représenterait 'que' 15% de la capitalisation de Schneider 'et les risques financiers seraient plutôt limités' dans ce cas, affirme Exane BNP Paribas.

Chez Société Générale, on estime que le fait qu'Invensys ait diffusé les conditions d'une première offre sans l'accord de Schneider peut signifier que le groupe cherche à débusquer un 'chevalier blanc' et faire monter les enchères, éventuellement de la part d'Emerson Electric.

Les spécialistes reconnaissent les 'fortes motivations stratégiques de Schneider, qui ainsi renforcerait une position commerciale plutôt faible auprès des clients 'énergético-intensifs' (la moitié du portefeuille de clients d'Invensys) comme le secteur pétro-gazier, la pétrochimie et les services collectifs, autant de secteurs qui devraient être particulièrement sensibles aux offres de gestion et d'efficacité énegétique de Schneider'.

Société Générale souligne aussi que les fortes positions commerciales d'Invensys dans les systèmes numériques de contrôle-commande seraient complémentaires de celles de Schneider en matières d'automates industriels programmables.

Selon Société Générale, l'acquisition d'Invensys augmenterait les ventes de Schneider de 8% et serait neutre sur son bénéfice par action en année 1.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...