Bourse > Actualités > Informations sociétés > DBT : 'un produit mondial et une ambition planétaire'

DBT : 'un produit mondial et une ambition planétaire'

tradingsat

(CercleFinance.com) - DBT s'apprête à effectuer ses premiers pas en Bourse. PDG de cette société dédiée aux bornes de recharge électriques aux ambitions élevées, Hervé Borgoltz s'est confié à notre rédaction.



Cercle Finance: Pourquoi avez-vous choisi de vous introduire en Bourse ?


Hervé Borgoltz: Nous sommes aujourd'hui le leader du marché de la borne de recharge rapide de véhicules électriques. C'est un marché attendu en très forte croissance et sur lequel nous avons des solides atouts pour continuer à nous développer. Notre objectif est de passer de 1.553 bornes installées à fin juin 2015 à plus de 10.000 bornes à l'horizon 2020.

Pour l'atteindre, nous voulons investir dans nos nouvelles générations de bornes, renforcer nos équipes et accroître notre assise financière. La Bourse nous a semblé être le meilleur moyen.



C.F.: Votre chiffre d'affaires a plus que doublé entre juin 2012 et juin dernier. Pensez-vous être en mesure de tenir ce rythme d'ici la fin de la décennie ?


H.B.: Comme je vous l'ai dit, nous avons un objectif de multiplier par plus de 6 notre parc installé en 5 ans et nous voulons également enrichir notre offre avec des services de maintenance qui apportent des marges additionnelles et de la récurrence. Tout cela doit se traduire par une forte progression de notre chiffre d'affaires, mais nous ne donnons pas de prévisions.



C.F.: DBT génère l'essentiel de ses revenus à l'international, mais dans quels pays êtes-vous implantée et quels sont les marchés que vous souhaiteriez pénétrer dans un futur proche ?


H.B.: Nous sommes aujourd'hui leader en Europe avec des bornes installés dans 33 pays qui vont du Portugal à la Norvège en passant par la Grande-Bretagne. Ces 2 derniers pays sont aujourd'hui les plus en avance sur le marché de la voiture électrique et sont donc naturellement de gros contributeurs de notre chiffre d'affaires.

Notre stratégie a été de développer une borne universelle capable de recharger presque toutes les voitures électriques, qu'elles utilisent les normes japonaises, allemandes ou françaises. Nous avons donc un produit mondial qui nous permet d'avoir une ambition planétaire.

L'un des objectifs de l'introduction en Bourse est de nous doter des moyens de continuer à accélérer en Europe tout en nous déployant sur les Etats-Unis, où nous avons déjà une filiale, et l'Asie.



C.F.: Envisagez-vous, à terme, une voire des opérations de croissance externe ?


H.B.: Nous sommes dans la même stratégie que les constructeurs automobiles qui concentrent leur savoir-faire sur les composants clés et achètent à des sous-traitants des sous-ensembles. Nous n'avons pas besoin de faire des acquisitions pour avancer et allons donc concentrer nos investissements sur nos expertises en nous appuyant sur notre bureau d'études.



C.F.: Les estimations divergent actuellement quant à l'utilisation de la voiture électrique. A combien évaluez-vous son pourcentage dans le parc automobile mondial d'ici 2020 ?


H.B.: La question n'est plus de savoir si la voiture électrique va émerger ou pas. C'est une réalité. Le parc a dépassé le cap du million d'unité et rien qu'à l'occasion du dernier Salon automobile de Francfort, 20 modèles différents de la citadine à l'ultra-sportive ont été annoncés.

Pensez-vous que Porsche et Daimler auraient annoncé à 24 heures d'intervalles des investissements d'un milliard d'euros dans leurs voitures électriques s'il n'y avait pas de marché?

Grâce à DBT, ces voitures électriques ont une valeur d'usage puisque vous pouvez les recharger en 20 à 30 minutes, le temps de faire vos courses ou de déjeuner.



C.F.: De même, combien de bornes de recharge rapides pourraient être déployées en France et en Europe d'ici 5 ans ?


H.B.: Le marché des bornes de recharge rapide est estimé à près d'un milliard de dollars à l'horizon 2023. Rien que sur l'Europe, les projections font passer le marché de 24 millions d'euros en 2014 à 324 millions en 2023, soit une multiplication par 13 en 10 ans. La France aura sa part dans ce vaste marché, d'autant que des grands programmes commencent à émerger.

Mais nous ne regardons pas seulement le marché français. Vous l'avez dit, nous sommes déjà internationaux et notre ambition est mondiale.



C.F.: Qui sont vos principaux concurrents et en quoi vous démarquez-vous d'eux ?


H.B.: Nos concurrents sont des conglomérats industriels, notamment allemands, ou quelques spécialistes français comme nous.

La force de DBT, c'est d'avoir été pionnier sur les bornes de recharge avec des implantations à La Rochelle (Charente-Maritime) et Paris dès le début des années 1990. Grâce à notre position actuelle de leader, avec 65% de parts de marché selon l'étude de Naviguant Research, nous avons par ailleurs créé une barrière difficile à franchir pour tous ceux qui sont partis après nous. Pourquoi voulez-vous qu'Auchan, Ikea, McDonald's ou BP choisissent un second fournisseur alors qu'ils utilisent déjà nos bornes?



C.F.: Par quels moyens la voiture électrique peut-elle selon vous prendre l'ascendant sur la technologie hybride, qui à ce stade a la préférence des usagers de la route en matière de véhicules dits 'propres' ?


H.B.: La voiture hybride est rassurante car elle n'a pas besoin de bornes de recharge. Toutefois, à partir du moment où nous créons des infrastructures pour permettre aux gens de se recharger partout et rapidement, on a fait sauter le dernier frein au décollage de la voiture électrique.

En outre, la voiture décarbonée est moins chère à produire et plus écologique. Les constructeurs ont donc aussi intérêt à aller dans cette voie et c'est pour cela qu'ils accélèrent tous.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI