Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

BMW : Les nouvelles normes et la guerre commerciale font chuter les profits de BMW

mercredi 7 novembre 2018 à 17h18
Le constructeur allemand signe la plus forte chute au sein du Dax allemand ce mercredi

(BFM Bourse) - Les résultats inférieures aux attentes publiés par le constructeur automobile allemand ont été froidement accueillis par les opérateurs sur la place de Francfort.

Le constructeur automobile allemand BMW (dont le sigle signifie littéralement "Manufacture bavaroise de moteurs") a publié mercredi un bénéfice net en forte baisse au troisième trimestre, pénalisé par les conséquences des nouvelles normes antipollution WLTP, les conflits commerciaux et un rappel massif de 1,6 million de véhicules. Entre juillet et septembre 2018, le groupe a dégagé un bénéfice net de 1,4 milliard d'euros, en repli de 23,9% sur un an et en-dessous du consensus établi par les analystes de Factset à 1,6 milliard d'euros. Le chiffre d'affaires de BMW a en revanche progressé de 4,7% sur la période, à 24,7 milliards d'euros.

BMW évoque de "graves distorsions de la demande"

L'entrée en vigueur des nouvelles normes antipollution européennes WLTP début septembre a provoqué, selon l'entreprise munichoise, "une concurrence plus forte qu'attendue". Certains constructeurs concurrents ont ainsi accordé de gros rabais en juillet et en août sur des véhicules qui ne pouvaient plus être commercialisés à partir de septembre. Autre stratégie évoquée par BMW : l'immatriculation de ces véhicules auprès des concessionnaires des constructeurs en question, avec l'objectif de les écouler plus tard.

Si des constructeurs ont eu recours à ces tours de passe-passe, c'est à cause de retards dans la mise en conformité avec lesdites normes. "Beaucoup de véhicules de concurrents sans certification WLTP ont été immatriculés avant le 1er septembre", affirme BMW, ce qui a poussé le propriétaire des marques Mini, BMW et Rolls-Royce à réduire sa production.

Les "conflits commerciaux internationaux", notamment sino-américain, constituent une source "d'incertitude chez les consommateurs" et a également contribué aux "graves distorsions de la demande sur plusieurs marchés", explique par ailleurs BMW, par la voix de son directeur financier, Nicolas Peter.

Hausse du prix des matières premières

Le bénéfice du constructeur allemand a également souffert de la hausse des prix des matières premières et notamment du cobalt, ainsi que d'effets de changes défavorables et de provisions, à hauteur de 679 millions d'euros pour les seules provisions au troisième trimestre, au titre du rappel de 1,6 million de ses véhicules en raison d'un problème dans le circuit de refroidissement des gaz d'échappement.

Enfin, la forte augmentation de 400 millions d'euros des dépenses en R&D, qui ont représenté 7% du chiffre d'affaires du troisième trimestre, ont aussi pesé sur le bénéfice. À ce sujet, Harald Krüger, le président du groupe BMW, a expliqué que le groupe mettait "rigoureusement en oeuvre sa stratégie en investissant fortement dans les technologies du futur malgré l'environnement volatil".

Le groupe confirme les objectifs annuels déjà revus à la baisse en septembre

Dans la foulée de ses résultats trimestriels, BMW a confirmé un certain nombre des objectifs annuels qu'il avait revu à la baisse en septembre, notamment la marge opérationnelle que le groupe attend désormais à un niveau d'"au moins 7%" contre une fourchette de 8 à 10% anticipée précédemment. Le groupe avait également revu à la baisse ses perspectives de ventes annuelles, attendues "en légère baisse" alors qu'elles étaient auparavant annoncées "en petite hausse". Le groupe n'exclut toutefois pas un impact négatif sur ces pronostics, "si l'environnement commercial international se détériore de manière significative" d'ici la fin de l'année, a noté Nicolas Peter.

Au cours de la conférence de presse téléphonique qui a suivi la publication de ces résultats, le PDG du groupe a déclaré que "la situation actuelle était marquée par une accumulation de défis". Harald Krüger a encore indiqué que BMW se préparait aussi à l'éventualité d'un Brexit sans accord, en anticipant au mois d'avril des interruptions estivales de ses chaines de production au Royaume-Uni pour parer à de possibles "situations difficiles ou chaotiques".

À contre-courant de la Bourse de Francfort qui évolue dans le vert depuis ce mercredi matin -elle aussi rassurée par les résultats des élections américaines- le titre BMW cède 3,8% à 74 euros vers 16h45, soit la plus forte baisse du Dax allemand, l'équivalent de notre CAC 40. Depuis le 1er janvier, la perte du constructeur allemand atteint même près de 15%.

Quentin Soubranne - ©2018 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.20 % vs +1.09 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat