Bourse > Actualités > Informations sociétés > BHP Billiton : Prudent pour le 2nd semestre, nouveau DG

BHP Billiton : Prudent pour le 2nd semestre, nouveau DG

tradingsat

(CercleFinance.com) - BHP Billiton a terminé le 1er semestre de son exercice 2012/2013 sur un résultat net attribuable à ses actionnaires en chute de 57,8% à 4,2 milliards de dollars (0,8 dollar par action). Hors éléments exceptionnels, le profit se serait contracté de 43,4% à 5,7 milliards de dollars. Le groupe se montre cependant prudent quant aux perspectives du reste de l'exercice, qui se terminera fin juin. Enfin, son directeur général, Marius Kloppers, sera remplacé le 10 mai par Andrew Mackenzie.

En Bourse de Londres ce matin, l'action BHP Billiton se tasse de 2,1% à 2.188 pence.

En effet, les éléments exceptionnels négatifs, principalement constitués des dépréciations d'actifs (mines de Worsley et Nickel West principalement) qui ont plus que compensé les cessions (Richards Bay Minerals, gisement d'uranium de Yeelirrie), ont atteint un total après impôts de 1,4 milliard de dollars sur la période.

L'acompte sur dividende 20012/2013 sera relevé de 3,6% à 0,57 dollar par action.

Evoquant un semestre 'difficile pour l'industrie des matières premières', le géant minier australo-britannique indique que son résultat d'exploitation récurrent a reculé de 38% à 9,8 milliards de dollars, en raison de 'prix ​​des matières premières sensiblement plus bas, de la faiblesse du dollar US et de l'inflation (au total : effet négatif de 6,2 milliards de dollars) dont l'effet a plus que compensé les contributions positives de la croissance des volumes et des économies'.

Les analystes de Crédit Suisse indique que le résultat d'exploitation est supérieur aux attentes du consensus.

Parallèlement aux économies, le groupe continue ses désinvestissements : sur le semestre, un total de 4,3 milliards de dollars de cessions a été annoncé ou bouclé.

Du côté des projets en cours, une vingtaine de gisements sont en cours de développement dans les délais et les budgets prévus, et devraient entrer en production avant la fin de l'exercice 2014/2015. Le groupe se dit confiant quant à leur qualité et à leur contribution future, tant à la croissance des volumes qu'aux marges.

Enfin, le cash-flow opérationnel semestriel a atteint 6,4 milliards et la dette nette représente 31% des fonds propres.

Du côté de la conjoncture, BHP Billiton ne peut que constater que 'le début de l'exercice 2012/2013 a été marqué par une croissance mondiale ralentie et une hausse du degré d'incertitude économique'. Puis au cours du semestre, clos fin décembre,la croissance a amorcé une accélération en Chine, les élections présidentielles US se sont terminées, le marché local de l'immobilier continuait de donner des signes de reprise, et la crise souveraine européenne a perdu en intensité. Bref, à ce jour, 'une modeste amélioration de l'économie mondiale est anticipée ces 12 prochains mois'.

En termes des prévisions, BHP Billiton se montre relativement optimiste sur la croissance mondiale, mais plutôt mesuré quant à plusieurs grandes matières premières.

Après que les prix des matières premières se soient montrés très volatils durant ce semestre, BHP Billiton attend maintenant que la conjoncture 'soutienne la demande et les prix de nombre' desdites matières. Mais attention, sur plusieurs marchés, des capacités de production à bas coûts se profilent et devraient donc limiter la hausse des cours des 'commodities'. C'est notamment le cas pour la 'giga-mine' de fer australienne de Pilbara et les bassins ferreux du Brésil, où des extensions de capacités sont en cours de réalisation ou en projet alors que 'la demande devrait ralentir à mesure de la maturation de l'économie chinoise après une période de croissance intensive en acier'.

Il en irait de même, selon BHP Billiton pour le charbon métallurgique utilisé par les aciéries : certes, la demande de ce type de charbon s'annonce croissante, mais de nouveaux gisements de houille de haute qualité vont entrer en service et y répondre. Enfin, du côté du nickel et de l'aluminium, les surcapacités devraient persister.

Le cas du cuivre se présente mieux à court terme du point de vue des entrées en production, ce qui présage d'un 'marché plus équilibré'. A long terme cependant, la pression des coûts d'extraction, du capital, un taux de décapage en hausse (le ratio gangue / minerai, schématiquement, ndlr) et la baisse des teneurs des gisements' risque d'entraîner une tension, d'autant que les gisements de haute qualité à développer 'sont rares'.

Parallèlement, BHP BIlliton a annoncé le terme des fonctions du directeur général Marius Kloppers en date du 10 mai prochain, avant son départ en retraite en octobre. Il sera remplacé par Andrew Mackenzie. Agé de 56 ans, Andrew Mackenzie est actuellement patron non-exécutif de la division Métaux non ferreux du groupe où il est entré en 2008.

Crédit Suisse rappelle qu'il est passé par l'autre géant des mines australo-britannique, Rio Tinto (trois années durant), ainsi que chez BP (22 ans). 'Son parcours est marqué par l'industrie pétrolière comme par les mines, ce qui en fait un bon candidat pour la direction générale de BHP', estiment les analystes.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI