Bourse > Actualités > Avis d'expert > Nicolas Chéron : Les dollars des antipodes à la croisée des chemins

Nicolas Chéron : Les dollars des antipodes à la croisée des chemins

Nicolas ChéronNicolas Chéron
Nicolas Chéron

Stratégiste chez CMC Markets Diplômé de l'EDHEC Lille, Nicolas Chéron a travaillé pour des courtiers et gérants de portefeuille en tant que stratégiste court et moyen terme, sur actions, forex et matières premières. Co-responsable de l'équipe de recherche chez Zonebourse pendant deux ans, il a ensuite rejoint les …Lire la suite

(Tradingsat.com) - Dans l’analyse ci-dessous nous allons étudier la force du dollar australien contre son homologue néo-zélandais. Comprenez que de bonnes nouvelles pour l’Australie peuvent engendrer une surperformance de l’AUD sur le NZD, donc une hausse de la paire AUDNZD qui nous intéresse ici et inversement.

Le 7 février dernier, la banque centrale d’Australie a laissé son taux directeur inchangé à 1,5%. Fait marquant suite à cette publication, une majorité d’expert a laissé entendre que ce taux pourrait remonter à l’avenir. En effet, dans une enquête du site Finder.com.au réalisée auprès de 32 économistes, 58% d’entre eux pensent que le taux directeur a atteint un plancher. Cette séance a été d’importance car après un trou d’air sous les 1,04, la paire AUDNZD s’est appréciée depuis jusqu’à ce jour.

Le 9 février dernier, la banque centrale de Nouvelle-Zélande a laissé son taux directeur inchangé à 1,75%. Toutefois, cette dernière s’est vue beaucoup plus précautionneuse sur les perspectives économiques à venir. Dans son communiqué, le gouverneur Graeme Wheeler a laissé entendre que la banque centrale devrait rester accommodante (comprenez avec des taux bas historiquement parlant) pour une période longue. Aussi, cette annonce a engendré une accélération de la paire AUDNZD qui a cassé le seuil des 1,0575 travaillé en janvier pour rejoindre une résistance majeur à 1,075.

Depuis le mois de mai 2016, le cross AUDNZD évolue dans un range compris entre 1,025 et 1,075. Aussi, une sortie de cette zone traduirait un changement de paysage fondamental et technique. Ce serait le cas si la banque centrale d’Australie venait par exemple à augmenter ses taux dans un avenir proche ou encore si les chiffres économiques de la Nouvelle-Zélande se dégradaient significativement.

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation Source : CMC Markets, Plateforme Next Generation au 28/02/2017. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Graphiquement, la tendance de moyen terme est neutre, à l’image de la latéralisation des cours depuis le mois de mai 2016. À court terme, une tendance haussière porte les cours mais cette dernière semble avoir trouvé une barrière technique très forte à 1,075. En effet, ce cluster (regroupement de résistances validées par plusieurs techniques d’analyse) conjugue une oblique passant par les plus hauts de 12 mois et une résistance horizontale qui a fait ses preuves par le passé par de nombreux échecs.

Aussi, pour l’instant, la neutralité prévaut, anticiper la suite serait extrêmement complexe et possiblement aléatoire. Si dans les séances à venir les cours accéléraient sous les 1,06, les vendeurs pourraient reprendre la main et les efforts haussiers seraient à refaire. À contrario, en cas de retour sur les 1,075 et d’une clôture au-dessus de cette résistance, la donne pourrait alors totalement changer de par la validation d’une possible formation en Epaule Tête Epaule Inversée (ETEI). En effet, la hauteur entre la tête de la figure et sa ligne de cou (1,075) mesure 520 points ce qui, par effet de balançoire pourrait constituer un objectif théorique haussier vers 1,13, zone de résistance majeure au premier semestre 2016.

Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI