Bourse > Actualités > Avis d'expert > Indices boursiers : Entre momentum et rupture

Indices boursiers : Entre momentum et rupture

Nicolas ChéronNicolas Chéron
Nicolas Chéron

Stratégiste chez CMC Markets Diplômé de l'EDHEC Lille, Nicolas Chéron a travaillé pour des courtiers et gérants de portefeuille en tant que stratégiste court et moyen terme, sur actions, forex et matières premières. Co-responsable de l'équipe de recherche chez Zonebourse pendant deux ans, il a ensuite rejoint les …Lire la suite

(Tradingsat.com) - Propulsés par des plans d’assouplissement quantitatifs (QE) ou par un wishful thinking (optimisme) exacerbé, les indices boursiers mondiaux restent bien orientés dans une optique de moyen/long terme. Néanmoins, la Chine montre un ralentissement alarmant, les USA n’arrivent plus à réaliser de nouveaux records et les indices européens consolident depuis deux mois.

Si l’épisode Grec se termine sans vagues, que les résultats d’entreprises qui vont commencer à être publiés dans les semaines à venir sont en ligne avec les attentes, que la Chine arrive à appuyer sur le frein sans casser la direction, la hausse des indices, pourrait alors reprendre. Néanmoins, si un élément exogène prend forme, que la Grèce sort ou que la Chine craque, un décalage prononcé, baissier, aurait lieu.

A travers ce panorama indiciel, je souhaite mettre en exergue les zones de prix clés, en soutien ou en résistance, à court comme à moyen terme, sur de nombreux indices. Du plus haussier au plus en danger, nous irons au Japon puis aux USA, en Europe et finiront notre tour du globe en Asie de nouveau, avec la Chine.

Nikkei : Boosté, perfusé, catapulté par des injections de liquidités historiques répétées, l’indice Japonais est un des plus puissamment haussier de la planète. Tant que ce dernier restera dans son canal, au-dessus des 18000, la tendance est positive. Attention désormais aux 20000 points, barrage technique, datant de 1997 et 2000.



Dow Jones : Résilient lui irait bien comme qualificatif, car ce dernier est particulièrement solide et jusqu’ici étanche aux attaques baissières. La hausse reprendrait au-dessus des 18300, une correction baissière aurait lieu sous 17500, le bas de canal de moyen terme devrait tenir impérativement à 16800 si tel devait être le cas car dessous la situation se complexifierait.



SP500 : L’indice « directeur » mondial plie mais ne rompt pas, encore. Car pour la première fois, l’indice américain n’est plus haussier en 2015, mais neutre. 2050 est un pivot clé pour la suite.



IBEX : L’indice espagnol est haussier à moyen terme, il « consolide » une hausse de 100% en 3 ans, légitime. Notez l’oblique haussière conjuguée à la moyenne mobile à 100 semaines…c’est ici que cela se passe.



Eurostoxx : Représentant les actions européennes, l’indice européen revient tester ses plus hauts de 2014, jusqu’ici rien d’anormal. Néanmoins, sous ce seuil, les opérateurs commenceraient à se poser des questions sur la pérennité de la hausse, du soutien inconditionnel du QE européen, et de la suite…



DAX – CAC40 : Même combat ! Pour le moment, les leaders européens consolident un mouvement haussier puissant du premier trimestre. Si l’appétit pour les actifs risqués réapparaissait, car il est en sommeil depuis deux mois, la hausse pourrait reprendre dans le sens de la tendance de fond me direz-vous? Ombre au tableau, le dossier grec, entre autres, pèse. Or, nous ne sommes pas à l’abri d’un décalage baissier puissant, qui ferait tomber le Dax droit vers les 10000, sans que le QE ne puisse endiguer la chute.



Footsie : Bloqué par une zone de prix historique d’une propreté rare, l’indice anglais a respecté l’analyse technique et perdu près de 10% sous ses plus hauts. A court terme, il est dans l’incapacité de se reprendre, à voir les gaps (trous de cotation) qu’il laisse derrière lui. A long terme, nous sommes donc en droit de nous demander si ce dernier n’aurait pas réalisé un triple top historique ?



Enfin voici les faits en Chine : Alors que les autorités prennent note d’un ralentissement économique, l’ouverture aux particuliers des bourses a engendré un flux historique vers les actions. 10% des boursicoteurs particuliers sont analphabètes, le nombre d’ouverture de compte a explosé, l’utilisation des leviers à outrance également et la bulle fait « blop ». Que font les autorités chinoises après 30% de chute ? Elles interdisent aux brokers de vendre des actions et elles invitent tout le monde à en acheter pour éviter le pire, ce qu’on fait les banques US en 1929…



Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets

Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.

Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI