Bourse > Actualités > Avis des brokersffrfrfr > Volkswagen : UBS sabre l'objectif, mais reste à l'achat

Volkswagen : UBS sabre l'objectif, mais reste à l'achat

tradingsat

(CercleFinance.com) - UBS a mis à jour ce matin son opinion sur le constructeur automobile allemand Volkswagen. Certes, après le 'dieselgate' et les bouleversements à la tête - sinon au sein de la stratégie - du groupe, les analystes ont sabré leur objectif de cours de 290 à 150 euros par titre préférentiel. Cependant, le conseil d'achat est confirmé, UBS estimant que de nombreux facteurs négatifs sont intégrés dans les cours. Et qu'une levée de fonds pourra être évitée.

A la Bourse de Francfort ce matin, l'action préférentielle Volkswagen tient la tête des plus fortes hausses du DAX 30 s'adjugeant 9% à 105,8 euros.

Les analystes estiment que le 'dieselgate', le rappel de 11 millions de véhicules et les amendes diverses et variées qui se profilent vont coûter cher à Volkswagen : 35 milliards d'euros au total, selon les spécialistes.

Certes, les marges devraient plier de 120 points de base, mais au cours de 93,5 euros, estiment les spécialistes, le marché intègre une chute de la marge de 200 points de base supplémentaires, ainsi que 30 milliards d'euros de coûts de plus, ce qui semble excessif à UBS.

UBS estime aussi que Volkswagen dispose des soutiens politiques et d'une capacité à réagir d'un point de vue stratégique, et que 'personne dans le secteur ne profiterait réellement d'une grande faiblesse de Volkswagen'.

'Les agissements du groupe sont inexcusables, mais ils ont contribué à déclencher une crise industrielle et politique en mettant en avant de manière excessive, selon nous, l'écart entre la réalité et les résultats des tests d'émission', estime UBS.

En dépit des incertitudes, le nouveau patron, Matthias Müller, dispose de levier stratégiques. Il pourrait remettre en cause la présence de la marque Volkswagen aux Etats-Unis, ou remettre à plus tard le rachat de 10% de la coentreprise chinoise FAW tant que l'horizon en s'est pas éclairci. Ou remettre à plat le programme d'investissement, sinon revoir l'organigramme compliqué du groupe.

Il pourrait aussi donner des garanties quant à une éventuelle augmentation de capital (en alignant les intérêt des actions ordinaires, contrôlées par les grands actionnaires, sur celles des préférentielles, qui sont plus liquides), hypothèse dont UBS pense qu'elle peut être évitée. Cette dernière avait été évoquée, vendredi, par un autre bureau d'études, Credit Suisse.

UBS estime aussi que le dividende sera supprimé. Mais même en tenant compte de tous ces facteurs négatifs, leur objectif de cours ne revient 'qu'à' 150 euros.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...