Bourse > Actualités > Avis des brokersffrfrfr > Sanction collective injustifiée, pour crédit suisse

Sanction collective injustifiée, pour crédit suisse

tradingsat

(CercleFinance.com) - Revenant ce matin sur le dossier Swatch, les analystes de Crédit Suisse qu'après l'avertissement sur résultats lancé hier par Burberry, 'la punition collective (qui frappe le secteur du luxe) n'est pas justifiée”. Ils confirment donc leur optimisme antérieur quant aux perspectives du titre horloger suisse. Ainsi, le conseil acheteur de 'surpondérer' ainsi que l'objectif de cours de 480 francs ont tous deux été confirmés.

En Bourse de Zurich, l'action Swatch, qui compte Swatch parmi ses marques d'entrée de gamme, Tissot ou Certina dans le milieu de gamme mais aussi Longines, Breguet, Blancpain et Omega dans les segments supérieurs du marché, reste stable à 405 francs suisses.

Hier matin, le groupe britannique connu pour ses vêtements 'haut de gamme', dont les imperméables, a déclaré anticiper, pour l'exercice qui se terminera fin mars 2013, un profit imposable ajusté 'autour de la borne basse des attentes du marché'. En Bourse de Londres, son titre avait perdu près de 21% de sa valeur en fin de séance à 1.088 pence, ce qui a provoqué des dégagements sur d'autres valeurs du luxe dont Swatch (- 2,2% à 405 francs). Ces deux valeurs restent pratiquement stables ce matin et ne rattrapent donc pas leurs pertes.

Selon Crédit Suisse, les déboires de Burberry ne remettent cependant pas en cause les perspectives de Swatch, qui semble toujours bien parti pour atteindre son objectif de ventes 2012 de huit milliards de francs suisses, soit une croissance de 12%.

'En dépit d'un ralentissement de la croissance du segment le plus 'haut de gamme' du marché des montres en Asie, Swatch devrait continuer de bénéficier de la forte tendance actuellement en cours en Europe', indique la note de recherche. Les analystes rappellent aussi le point d'activité effectué récemment par un autre groupe de luxe suisse très présent dans l'horlogerie, Richemont, chez lequel la meilleure croissance régionale provenait d'Europe.

Crédit Suisse met aussi en avant la plus grande diversité des gammes de Swatch. 'Nous pensons donc que la portée de l'avertissement sur résultats lancé par Burberry ne doit pas être extrapolée à l'ensemble du secteur du luxe, et notamment au segment horloger', estime Crédit Suisse.

Enfin, toujours selon les spécialistes, un net ralentissement de la progression des ventes au 2ème semestre est déjà intégré dans le cours actuel de Swatch.

Avec un PER 2013 de 12,7 environ, le titre Swatch reste l'un des moins chers de ceux du Luxe suivi par Crédit Suisse, sachant que la moyenne du secteur est de 15,6 en Europe. Cette décote ne leur semble pas justifiée.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...