Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les résultats des midterms, bonne ou mauvaise nouvelle pour la Bourse?

vendredi 9 novembre 2018 à 17h56
Les résultats des midterms vont-ils profiter aux marchés actions ?

(BFM Bourse) - Historiquement, les marchés actions réagissent bien à la cohabitation au sein du Congrès américain. Sauf qu'avec Donald Trump à la Maison Blanche, difficile pour ne pas dire impossible de prévoir comment la politique économique va évoluer. La question divise les analystes.

"La première chose à retenir de ces élections, c'est qu'il faut saluer les instituts de sondage qui ont vu juste pour une fois" note Daniel Gerino, président de la société de gestion d'actifs Carlton Selection. De fait, les différents instituts de sondage avaient anticipé la prise de pouvoir des Démocrates à la Chambre des représentants et la majorité renforcée des Républicains au Sénat.

Bien malin, en revanche, celui qui peut prédire ce qui va se passer maintenant. "En ce qui concerne l'impact pour le marché, un Congrès divisé a toujours été haussier pour les actions et nous nous attendons à voir la même évolution cette fois-ci. Il est trop tôt pour prédire où ira la politique mais ce qui importe, pour les marchés, c'est ce qui se passera avec la politique commerciale, des soins de santé, d'immigration et fiscale", affirme Torsten Slok, économiste international en chef à la Deutsche Bank.

Si la cohabitation a toujours eu un effet euphorisant sur les marchés actions, celle-ci risque d'être différente à en croire Daniel Gerino : "Je me méfie de la linéarisation des statistiques, ce n'est pas parce que ça a toujours été le cas que ça va encore marcher cette fois-ci. La cohabitation fonctionne quand les gens sont raisonnables mais nous ne somme plus dans cette logique. On a affaire à quelqu’un (Donald Trump) qui est sanguin, atypique et on ne sait pas du tout comment il peut réagir avec une opposition". C'est donc l'incertitude qui domine sur les marchés, après ces élections. Et les analystes sont divisés sur les conséquences de la cohabitation qui vient.

Les analystes qui voient les résultats des midterms d'un bon œil

Jim Lydotes, gérant de portefeuille chez The Boston Company : "Le gouvernement américain est particulièrement efficace lorsque les pouvoirs sont équilibrés"

"Lors de la course à la présidentielle de 2016, les infrastructures constituaient le seul point d’accord entre Républicains et Démocrates. Bien qu’aucun programme conséquent n’ait encore vu le jour dans ce domaine, l’administration Trump a levé de nombreuses contraintes réglementaires qui avaient été instaurées sous Barack Obama. Le maintien de la majorité républicaine au Sénat et la victoire du Parti démocrate à la Chambre des représentants seraient propices à l’élaboration d’un plan d’infrastructures plus conséquent. Le gouvernement américain est particulièrement efficace lorsque les pouvoirs sont équilibrés. Malgré les inquiétudes du président Trump, les périodes de repli sur les marchés ont souvent un effet catalyseur sur l’économie réelle. Dans un scénario de rééquilibrage des pouvoirs, un plan d’infrastructures stable peut constituer un excellent levier économique, y compris si la faiblesse des marchés boursiers perdure un certain moment. La Chine applique cette politique depuis 20 ans en déployant des programmes d’investissements en infrastructures pour relancer son économie lorsque celle-ci montre des signes de faiblesse. Les États-Unis feraient peut-être bien de s’inspirer de cet exemple".

Bruno Colmant, directeur de la recherche chez Degroof Petercam : "La Chambre n’a pas de raison de combattre Trump alors que la dynamique économique est en train de se stabiliser"

"Trump a gagné les élections. Aujourd’hui, c'est la présidence d’un parti et non plus d’un seul homme. Le Sénat est bien plus important que la Chambre, certes nécessaire pour tout ce qui est budget mais Trump n'aura pas besoin de faire de réforme majeures dans la seconde moitié de son mandat. Il va plutôt préparer la campagne 2020 pour laquelle il sera le seul candidat côté républicain. Ces élections renforcent son champ d’autorité et crédibilise son action politique. Et puis le Sénat valide les nominations donc il a ancré idéologiquement son empreinte sur le législatif. Côté économique, le cycle reste bon avec le plein emploi apparent. La croissance viendra désormais de gains de productivité dans une économie qui vit un vrai bain de jouvence, tous les opérateurs sont là-bas. Le grand avantage de l’économie américaine, c’est que l’augmentation des taux d’intérêts met de la poudre dans les rouages du canon économique car si la croissance économique ralentit, la Fed pourra de nouveau baisser les taux pour retrouver des capacités d’exportation et relancer l’économie, c’est d’une intelligence prodigieuse. De son côté, la chambre n’a pas de raison de combattre Trump alors que la dynamique économique est en train de se stabiliser."

Randeep Somel, Directeur Actions Monde chez M&G : "Les résultats auront un impact positif pour les marchés actions de manière générale"

"Il s’agit d’un très bon résultat pour les Républicains. C’est seulement la 5ème fois en 132 ans qu’un parti présidentiel aura obtenu des voix à mi-parcours pour le Sénat. Plus important encore, les candidats pour lesquels Donald Trump a fait campagne ont très bien réussi. Cela montre donc qu'il reste populaire. On peut désormais s’attendre à ce que les Démocrates et les Républicains commencent à parler des dépenses d'infrastructure aux États-Unis. Les Démocrates voudront faire baisser le prix des médicaments et les coûts des soins de santé et appuyer le «Affordable Healthcare Act» (Obamacare) que la Chambre républicaine tente de démanteler depuis deux ans. Historiquement, les marchés actions se sont bien comportés avec la scission de la Chambre et du parti présidentiel. Les résultats auront donc un impact positif pour les marchés actions de manière générale. Les Démocrates se tourneront vers le Ministère de la Défense pour obtenir des économies et bloqueront tout assouplissement supplémentaire de la réglementation environnementale. Si les choses tournent mal, Donald Trump sera également en mesure de rejeter la faute sur les Démocrates d'ici 2020 car ils font désormais partie du gouvernement. Les résultats à moyen terme rendent plus probable une réélection de Donald Trump en 2020."

Paul Flood, gérant de portefeuille multi-asset chez Newton Investment Management : "Cela apporte davantage de certitude aux investisseurs"

"Cette cohabitation va freiner la capacité de l'administration Trump à légiférer, bien que les Républicains aient conservé et même renforcé leur majorité au Sénat, ce qui permettra à Trump de continuer à faire entériner des nominations clés. En ce qui concerne les marchés actions, il ne s'agit pas d'un résultat susceptible d'avoir un impact significatif. Sa seule conséquence sera d'apporter davantage de certitude aux investisseurs. Les marchés verront d'un œil favorable tout signe avant-coureur laissant présager un accord entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce. Les Démocrates tenteront sûrement d'accélérer les enquêtes visant le président Trump et son administration tout en bloquant une grande partie du programme législatif républicain. Il n'y aura pas de mur entre le Mexique et les États-Unis, mais, d'après notre analyse, les démocrates soutiendront tout projet de loi portant sur les infrastructures."

Les analystes qui voient les résultats des midterms d'un mauvais œil :

Vincent Reinhard, chef économiste chez Standish : "Ce scénario risque de peser sur l’activité économique et sur les marchés financiers"

"C’est un gouvernement extrêmement divisé qui sera à la tête du pays sur les deux prochaines années. Aucun projet de loi n’aura de chances d’aboutir, car ni les chefs de file du Capitole ni le président ne seront prêts à céder du terrain. Le Sénat coupera court à toutes les initiatives législatives phares venant de la Chambre des représentants. De son côté, Donald Trump aura davantage recours aux décrets présidentiels pour mener à bien certains projets. Ces mesures seront toutefois cantonnées aux relations internationales, notamment commerciales. Ce scénario risque de peser sur l’activité économique et sur les marchés financiers pour deux raisons. En premier lieu, l’incertitude autour des politiques économiques constituera un obstacle évident à la prise de décisions dans le secteur privé. Les investisseurs auront des doutes quant aux prochaines évolutions législatives et réglementaires, notamment en ce qui concerne l’application des textes déjà votés, comme avec la réforme fiscale de 2017, qui devrait entrer en vigueur en 2021. En second lieu, si le président durcit le ton sur le commerce et l’immigration, les droits de douane et les restrictions risquent d’entraîner une brusque augmentation des coûts pour l’économie américaine. Dans ce contexte, un ralentissement de la croissance économique semble incontournable"

Patrice Gautry, chef économiste de l'Union Bancaire Privée : "Beaucoup de volatilité à prévoir"

"Mercredi, c'était un rally de soulagement, les marchés avaient peur de l'option tout républicain. Maintenant, nous sommes dans un scénario plutôt normé. L'annihilation des forces au Congrès devrait avoir peu d’impacts sur la macro car ça laisse peu de places à de nouvelles réformes budgétaires. Les Démocrates devraient réclamer des coupes dans les dépenses et des recettes fiscales dans le budget à venir, c'est là où ça risque de bloquer, voire de tourner au vinaigre car Trump ne sera pas d'accord. Et il ne va pas rester assis donc beaucoup de volatilité à prévoir, liée à la communication de Trump. On pourrait d'ailleurs revoir des histoires de "government shutdown" par rapport à la validation de ce budget, avec une date à retenir, le 7 décembre. Sinon, jusque là, les ajustements fiscaux étaient plutôt à l’égard des entreprises, on peut envisager une passe d’arme vers les classes moyennes en vue des élections de 2020. Les domaines réservés de Trump sont la dénonciation et la négociation des traités commerciaux, ainsi que l'immigration. Il a encore beaucoup de pouvoir mais peu d’argent, c’est le Congrès qui l’a. On peut aussi voir des majorités se fragmenter dans les deux années qui viennent.

Daniel Gerino, président de la société de gestion d'actifs Carlton Selection : "Les marchés n'aiment pas ce genre d'incertitudes"

"Nous allons avoir deux années pendant lesquelles le pilotage du pays se fera très mollement. Le seul point positif, c'est que les deux camps devraient s'entendre sur les projets d'infrastructures. Je ne parlerai pas de victoire pour Trump mais ça l’arrange. Pendant deux ans il ne va rien se passer, ils vont passer leur temps à se bloquer les uns les autres. Il vise de nouvelles élections et il a son nouveau bouc-émissaire. La perspective d'une réélection en 2020 est désormais très ouverte pour Trump. Ce dont on est sûr, c'est que les marchés n’aiment pas ce genre d’incertitudes et que la validation du budget va donner le ton. Mais de toutes façons, les États-Unis se dirigeaient vers un ralentissement économique qui sera juste accentué par l’absence de pilotage car les chambres vont se bloquer mutuellement. La période à venir risque d'être difficile et Trump s'en moque, il prépare déjà 2020."

Quentin Soubranne - ©2018 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.20 % vs +1.09 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat