Bourse > Ab inbev > Ab inbev : Ne renonce pas à racheter SABMiller
AB INBEVAB INBEV ABI - BE0003793107ABI - BE0003793107
115.050 € 0.00 %
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
113.250 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 185 028 M€Capi. :

Ab inbev : Ne renonce pas à racheter SABMiller

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'acquisition de SABMiller par AB Inbev amènerait une consolidation majeure dans le secteur de la bière. Le premier brasseur du monde, dont le titre prend 1,5% ce mercredi à Bruxelles, persiste dans cette voie. Selon plusieurs sources de presse, il aurait en effet sondé une dizaine de banques, parmi lesquelles BNP Paribas et Société Générale, afin de lever jusqu'à 70 milliards de dollars pour financer son offre de rachat.

Celle-ci pourrait toutefois être balayée par le groupe britannique, dont l'action cote environ 3.700 pence, un cours qui 'paraît encore assez éloigné du montant minimum probable que AB Inbev devra mettre sur la table - le chiffre de 4.300 pence revient souvent - pour convaincre la direction du groupe d'origine sud-africaine', relaie les équipes d'Aurel BGC.

Alors que le marché paraît de facto sceptique, 'il serait infiniment trop risqué pour AB Inbev de proposer plus de 4.50 pence par action pour SABMiller', estime Natixis, qui fait valoir que 'les synergies seront proportionnellement moins élevées que précédemment et qu'AB Inbev devra déjà accroître au maximum la partie cash'.

L'intermédiaire estime en outre qu'au-delà de 4.100 pence par action, l'opération ne sera plus assez relutive pour AB Inbev, qui augmenterait tout de même sa taille de plus de 50% en cas de réussite, cumulerait 37% de parts de marché et a pour lui une solide expérience de l'intégration des acquisitions.

Sur le papier, ce rachat aurait par ailleurs une certaine pertinence du point de vue géographique, considérant la complémentarité des forces en présence, qui à l'exception des marchés américain, chinois et d'Europe de l'Est ne se chevauchent pas.

'Le principal sujet porte sur les synergies que pourra réaliser AB Inbev en fusionnant avec SABMiller', résume tutefois Natixis, pour qui celles-ci ne sont pas évidentes au regard, précisément, d'implantations géographiques différentes.

Et de souligner que 'l'apport de SABMiller concernera(it) des zones émergentes où les marges sont déjà élevées et où les coûts de main d'oeuvre ne sont pas aussi problématiques que dans les pays matures'...

Par-delà la détermination dont AB Inbev semble faire preuve, les hypothèses d'un échec des discussions ou d'un renoncement ne peuvent donc être exclues. A plus forte raison dans un marché volatil...


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...