Bourse > Zodiac aerospace > Zodiac aerospace : Qui se cache derrière la plus grosse commande de sièges de Zodiac
ZODIAC AEROSPACEZODIAC AEROSPACE ZC - FR0000125684ZC - FR0000125684
26.300 € -1.24 % Temps réel Euronext Paris
26.690 €Ouverture : -1.46 %Perf Ouverture : 26.820 €+ Haut : 26.300 €+ Bas :
26.630 €Clôture veille : 1 583 940Volume : +0.54 %Capi échangé : 7 684 M€Capi. :

Zodiac aerospace : Qui se cache derrière la plus grosse commande de sièges de Zodiac

ZODIAC AEROSPACEZODIAC AEROSPACE

(Tradingsat.com) - Deux compagnies du Golfe tiendraient la corde pour ce possible méga-contrat. Une bonne nouvelle pour l'équipementier aéronautique qui commence à résorber ses problèmes de retard.

À l'occasion de la publication du chiffre d'affaires annuel de Zodiac, une phrase du communiqué à particulièrement retenu l'attention des observateurs et des investisseurs. "À fin août, Zodiac Aerospace a reçu une lettre d`intention pour des sièges de classe affaires de la part d"un client non divulgué, qui sera sa plus importante commande de sièges de la classe affaires de son histoire." Si le nom de la compagnie n'a pas été donné, deux entreprises sortent tout de même du lot.

Qatar Airways ou Emirates ?

La première possibilité pourrait être Qatar Airways. La société basée à Doha dispose en effet d’une flotte importante, qui a besoin d’un rafraîchissement, ainsi que d’un carnet de commandes de près de 200 avions à deux couloirs dont 100 biréacteurs Boeing 777x, le concurrent de l'Airbus A350. Autant de gros projets qui pourraient faire du transporteur, l’heureux élu. Attention, toutefois à livrer à l’heure puisque le patron de Qatar Airways, Akbar Al Baker, a déjà refusé de réceptionner le tout premier A320 sur les 50 commandés. En cause, des retards suite à des problèmes rencontrés sur les moteurs  Pratt & Whitney.

L’autre piste, évoquée, mènerait à Emirates. La société dubaïote, qui a lancé un appel d’offres pour équiper sa future flotte de 150 Boeing 777X, tiendrait la corde d’après le journal Les Echos. Et quand on sait qu’un siège dernier cri se négocie autour de 50.000 euros pièces, on comprend très rapidement l’ampleur de ce possible contrat. Si Zodiac obtenait donc un contrat avec un de ces deux transporteurs du Golfe, ce serait assurément une grande victoire, mais le moindre faux pas pourrait transformer cette occasion unique en une catastrophe industrielle.

Les retards commencent à se résorber

Une chose est sûre, Zodiac devra régler ses problèmes de retard, qui mine depuis deux ans la société, devenue désormais une habituée des "profits warnings". La direction a indiqué lors de cette publication que la branche Seats, la plus touchée par cette situation, a complètement résorbé ses retards dans son site de production à Gainesville au Texas, livrant désormais "à l'heure". Concernant la division Cabin, "le principal problème restant, lié aux cabinets de toilettes  de l'A350XWB est en cours de résolution grâce au plan de relance et à l'ajout de capacités supplémentaires comme la ligne de production à Montréal et la mise en place d'une troisième ligne de production à Herborn en Allemagne". 

Si tous les problèmes n'ont pas encore été résolu, Zodiac affiche tout de même une belle activité avec un chiffre d'affaires en hausse 5,6% à 5,2 milliards d'euros, porté par toutes les divisions du groupe. Excepté, l'activité Aerosafety dont les ventes ont reculé de 2,3% au cours de l’exercice décalé. Une performance saluée par les investisseurs, l'action de l'équipementier aéronautique gagnant plus de 5,7% à 21,5 euros ce jeudi à la Bourse de Paris.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...