Bourse > Zodiac aerospace > Zodiac aerospace : 'évolue dans un contexte porteur'
ZODIAC AEROSPACEZODIAC AEROSPACE ZC - FR0000125684ZC - FR0000125684
20.610 € -2.02 % Temps réel Euronext Paris
20.905 €Ouverture : -1.41 %Perf Ouverture : 20.920 €+ Haut : 20.475 €+ Bas :
21.035 €Clôture veille : 700 367Volume : +0.24 %Capi échangé : 5 976 M€Capi. :

Zodiac aerospace : 'évolue dans un contexte porteur'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Olivier Zarrouati, président du directoire de Zodiac Aerospace, fait le point pour Cercle Finance sur les performances financières et les perspectives du groupe.

Cercle Finance: Comment expliquez-vous les résultats solides et meilleurs que prévu dévoilés cette semaine?

Olivier Zarrouati: Le groupe a publié des résultats annuels excellents. Il a bénéficié d'une solide dynamique interne, à la fois portée par la croissance du trafic aérien, l'augmentation des cadences de production des avionneurs, et la progression de son activité d'après vente.

Toutes nos branches ont connu une croissance significative du chiffre d'affaires en données publiées.

La branche Intérieurs de cabine (Cabin interiors), qui je le rappelle est notre branche la plus importante, a réalisé une très belle année avec une augmentation de 58% de son résultat opérationnel à périmètre constant.

La branche Systèmes aéronautiques (Aircraft systems), la plus sensible aux variations de change, a confirmé son redressement avec un doublement de sa marge qui passe de 7,6% à 13,4%.

Enfin, si la branche Systèmes de sécurité (Aerosafety) affiche une performance plus modeste, cette division reste pour nous la plus stable et la plus robuste en cas de turbulences.

CF: Quels sont les atouts du groupe pour traverser les périodes de tempête?

OZ: Notre stratégie consiste à avoir bâti des positions de leadership mondial, ce qui nous permet d'être présents sur tous les programmes et ainsi de bénéficier d'une part de l'augmentation des livraisons et de la montée en puissance des nouveaux programmes, et d'autre part de la croissance du marché après-vente, tiré par l'augmentation de la flotte en service.

Cette croissance conjuguée à nos actions visant à l'excellence opérationnelle vont conduire à l'augmentation de notre compétitivité et de notre rentabilité.

La baisse de notre point mort réalisée ces dernières années et le développement de nos capacités de production dans des pays low cost nous permettent aujourd'hui de disposer de véritables atouts pour amortir les effets d'une crise.

Pour mémoire, lors des récentes crises, nous avions préservé notre marge opérationnelle au-dessus de 10% et notre chiffre d'affaires avait augmenté sur cette même période pour atteindre trois milliards d'euros.

CF: Redoutez-vous un impact de l'environnement économique dégradé sur vos résultats, malgré des propos rassurants?

OZ: Nous sommes très confiants quant à nos prévisions de moyen terme. Aujourd'hui, les avionneurs augmentent leurs cadences.

Zodiac Aerospace évolue donc dans un contexte aéronautique qui reste porteur.

Le groupe se trouve idéalement positionné pour profiter de la croissance actuelle du marché et est présent sur tous les nouveaux programmes, avec des valeurs de shipset significativement supérieures à celles des programmes antérieurs.

Le début de l'exercice 2011/2012 s'inscrit dans la lignée de l'année 2010/2011, et permet d'anticiper une croissance organique de l'activité de l'ordre de 20% pour le premier trimestre 2011/2012.

Porté par cette dynamique, grâce à son bon positionnement sur le marché aéronautique et à l'excellent niveau des résultats de l'exercice 2010/2011, Zodiac Aerospace attend une nouvelle année de croissance en 2011/12 et estime que son objectif de hausse de chiffres d'affaires de 40% à trois ans devrait être dépassé.

CF: Parlez-nous de l'exposition de Zodiac aux variations de changes.

OZ: Nous avons en la matière une politique de long terme fondée sur une logique avant tout industrielle.

C'est la raison pour laquelle nous avons développé nos activités en zone dollar et en zone low cost.

Cependant, nous avons estimé qu'une parité euro-dollar à 1,345 constituait pour nous une opportunité.

Sur cette base, nous avons donc couvert 60% de nos besoins nets en dollars de transaction pour l'exercice 2011-2012.

En outre, l'effet potentiel d'affaiblissement de l'euro face au dollar, avec la crise de la zone euro, pourrait compenser, pour nous, le ralentissement économique de la zone.

CF: Avez-vous la volonté et les moyens de réaliser des acquisitions?

OZ: Tout à fait. Je rappelle que nous avons étendu l'été dernier notre capacité d'endettement à 1,3 milliard d'euros. Endettement qui est à l'heure actuelle de 600 millions d'euros. Nous pouvons donc poursuivre notre politique de croissance externe.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...