Bourse > Volkswagen > Volkswagen : Volkswagen va rappeler 8,5 millions de véhicules en Europe
VOLKSWAGENVOLKSWAGEN VWA - DE0007664005VWA - DE0007664005
129.950 € +1.92 %
127.500 €Ouverture : +1.92 %Perf Ouverture : 130.780 €+ Haut : 127.500 €+ Bas :
127.500 €Clôture veille : 1 946Volume : +0.00 %Capi échangé : 40 534 M€Capi. :

Volkswagen : Volkswagen va rappeler 8,5 millions de véhicules en Europe

Volkswagen va rappeler 8,5 millions de véhicules en EuropeVolkswagen va rappeler 8,5 millions de véhicules en Europe

par Jan Schwartz et Andreas Cremer

BERLIN (Reuters) - Volkswagen a annoncé jeudi qu'il rappellerait environ 8,5 millions de véhicules diesel en circulation dans l'Union européenne, Berlin ayant exclu la solution d'un retour en atelier à l'initiative des automobilistes pour une remise aux normes du logiciel permettant de fausser les tests d'émissions polluantes.

L'autorité allemande du secteur automobile, la KBA, a ordonné au constructeur de procéder au rappel de 2,4 millions de véhicules dans le pays à la suite du scandale de manipulation qui a éclaté le mois dernier aux Etats-Unis.

Selon le quotidien allemand Bild, Volkswagen avait initialement proposé que les propriétaires de voitures et d'utilitaires diesel en Allemagne équipés du logiciel frauduleux puissent ramener leur véhicule en atelier s'ils le souhaitaient, mais la KBA a rejeté cette solution basée sur le volontariat.

Le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, a déclaré lors d'un point de presse que les rappels commenceraient début 2016 et seraient supervisés par la KBA.

Le premier constructeur en Europe a reconnu en septembre avoir truqué les tests anti-pollution aux Etats-Unis et déclaré que 11 millions de véhicules dans le monde pourraient être équipés du logiciel de trucage.

Certains analystes ont estimé que le scandale pourrait coûter 35 milliards d'euros à Volkswagen, un montant couvrant la remise aux normes des moteurs, les amendes et les frais de justice.

PERQUISITIONS EN ITALIE

Près de quatre semaines après la révélation de l'affaire par les autorités américaines, la pression continue de monter sur le premier constructeur automobile européen afin qu'il désigne des responsables et mette ses véhicules en conformité.

Le groupe a suspendu le directeur de sa principale usine de transmissions, Falko Rudolph, qui a supervisé le développement de ses moteurs diesel entre 2006 et 2010, dans le cadre de l'enquête interne sur la fraude aux tests anti-pollution, a-t-on appris de deux sources proches du dossier.

Par ailleurs, le parquet de Vérone a procédé jeudi à une perquisition au siège de la filiale italienne de Volkswagen et ordonné une perquisition au siège italien de Lamborghini, filiale de voitures de sport du groupe, à Bologne, selon une source proche de l'enquête.

Le nouveau président du directoire du groupe, Matthias Müller, nommé après la démission de Martin Winterkorn le mois dernier, a assuré jeudi que l'entreprise était capable de rebondir d'ici deux à trois ans en donnant des pouvoirs accrus à ses marques et à ses filiales régionales.

"Nous avons de bonnes chances de briller de nouveau dans deux à trois ans", a-t-il assuré dans un discours à des cadres du groupe à Leipzig.

TAXATION DU DIESEL EN QUESTION

La ministre allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks, a déclaré jeudi que Berlin devait envisager de mettre un terme à l'avantage fiscal dont bénéficie le diesel et de multiplier les incitations à l'achat de voitures électriques, même si elle a déclaré par la suite qu'une augmentation de la fiscalité sur les véhicules diesel n'était pas à l'ordre du jour.

Les incitations fiscales ont largement favorisé les véhicules diesel en Europe, où ils représentent la moitié des ventes alors qu'ils n'occupent qu'une petite part du marché aux Etats-Unis. Supprimer ces incitations aurait des conséquences pour d'autres constructeurs européens que Volkswagen, dont Renault, Peugeot et Fiat.

En France, le gouvernement a annoncé mercredi son intention de réduire les incitations aux voitures diesel.

VW a estimé le mois dernier qu'environ 11 millions de véhicules diesels dans le monde étaient équipés du logiciel permettant de fausser les tests des émissions polluantes.

En Bourse, l'action VW a reculé de 3,56% jeudi à Francfort. Le titre a perdu près de 37% de sa valeur depuis qu'a éclaté le scandale, le 18 septembre.

(avec Michael Nienaber et Caroline Copley; Véronique Tison, Patrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...