Bourse > Volkswagen > Volkswagen : Volkswagen entrevoit le bout du tunnel après le scandale
VOLKSWAGENVOLKSWAGEN VWA - DE0007664005VWA - DE0007664005
127.500 € -0.39 %
129.260 €Ouverture : -1.36 %Perf Ouverture : 129.260 €+ Haut : 126.100 €+ Bas :
128.000 €Clôture veille : 4 372Volume : +0.00 %Capi échangé : 39 769 M€Capi. :

Volkswagen : Volkswagen entrevoit le bout du tunnel après le scandale

VW juge possible une croissance solide malgré le scandaleVW juge possible une croissance solide malgré le scandale

par Andreas Cremer et Edward Taylor

WOLFSBURG, Allemagne (Reuters) - Volkswagen, qui cherche à rebâtir sa réputation après le scandale du trucage des tests anti-pollution dans lequel il se débat depuis septembre, s'est déclaré confiant jeudi dans sa capacité à dépasser ses difficultés après l'accord conclu la semaine dernière avec les autorités américaines.

Le premier constructeur automobile européen a précisé que cet accord, associé à des réductions de coûts et un nouveau plan stratégique attendu dans le courant de l'année, ouvrait la voie à un redressement de ses comptes après les pertes record essuyées l'an dernier.

Il n'a toutefois pas totalement exclu que le scandale puisse lui coûter encore plus que les 16,2 milliards d'euros déjà mis de côté, ce qui pourrait le conduire à céder des actifs si nécessaire.

Mais ses dirigeants étaient visiblement plus détendus lors de la présentation des résultats 2015 qu'ils ne l'étaient en décembre, la dernière fois qu'ils s'étaient présentés devant la presse.

"Nous sommes tous d'accord pour dire que nous pouvons y arriver, que nous avons du potentiel (...), maintenant il faut se mettre au travail, faire le ménage, après quoi nous pourrons repartir de l'avant", a déclaré le directeur financier, Frank Witter.

Volkswagen, qui a avoué avoir installé sur des millions de véhicules un logiciel de manipulation des mesures d'émissions polluantes, a précisé que la réduction des coûts et la bonne tenue des ventes en Chine et en Europe devraient lui permettre d'enregistrer des résultats d'exploitation solides cette année.

Mais il a ajouté qu'il lui restait de nombreux obstacles à franchir, entre autres pour réduire les coûts de VW, sa principale marque, et pour réformer une organisation très centralisée accusée d'avoir manqué de vigilance et de retarder les lancements de nouveaux produits.

Malgré l'accord signé aux Etats-Unis, le groupe reste exposé en outre à des procédures multiples au civil et visé par une enquête judiciaire pouvant aboutir à une mise en accusation.

Dans son rapport annuel publié jeudi, Volkswagen écrit que "le financement nécessaire pour couvrir les risques pourrait conduire à la cession de certains actifs", sans plus de précision.

LA STRATÉGIE MULTI-MARQUES RÉAFFIRMÉE

"Nous croyons en notre stratégie d'entreprise multi-marques et dans la force de notre modèle économique, donc nous n'avons aucune cession d'actif à l'ordre du jour", a déclaré le président du directoire, Matthias Müller, à la presse. "Mais bien sûr, nous étudions tous les 'si' et nous nous y préparons."

Les investisseurs attendent entre autres les conclusions de l'enquête commandée par le groupe au cabinet juridique américain Jones Day sur les responsabilités dans l'affaire des émissions.

Mais après une chute de 20% du titre depuis l'éclatement du scandale, certains analystes voient un potentiel de hausse.

"Les incertitudes liées aux diesel sont nettement réduites depuis la semaine dernière", écrivent les analystes d'UBS, qui sont à l'achat sur le titre.

"Une visibilité accrue concernant le potentiel de redressement des marges des marques VW, à la faveur de mesures visant à améliorer la rentabilité, devraient contribuer à soutenir la performance de l'action", disent-ils.

Volkswagen a publié vendredi dernier une perte annuelle record et il a fortement réduit son dividende.

Les résultats détaillés présentés jeudi montrent entre autres que la marque VW, la plus importante par le chiffre d'affaires, a été la plus affectée par le scandale, avec une perte de 127 millions d'euros sur les trois derniers mois de 2015 contre un bénéfice de 780 millions un an plus tôt.

La marque s'est engagée dans un plan de réductions de coûts de cinq milliards d'euros et le groupe a précisé jeudi s'attendre à une nette amélioration de ses marges à 5,5-6,5% cette année après 2% seulement en 2015.

Le constructeur de Wolfsburg, qui veut également développer son offre de véhicules électriques, a précisé qu'il anticipait désormais des économies d'un milliard d'euros sur le long terme grâce au rapprochement de ses filiales de poids lourds MAN et Scania, et non plus de 850 millions.

Les initiatives visant à améliorer les structures et la rentabilité des 12 marques du groupe seront complètement en place d'ici le début 2017 et un plan stratégique définissant les objectifs et les priorités jusqu'en 2025, qui sera publié en juin, "progresse bien", a assuré le président du directoire.

L'action Volkswagen a gagné 2,16% à 132,25 euros jeudi à la Bourse de Francfort alors que l'indice Dax a pris 0,2%.

(Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...