Bourse > Volkswagen > Volkswagen : Sombres perspectives pour Heuliez et ses 290 salariés
VOLKSWAGENVOLKSWAGEN VWA - DE0007664005VWA - DE0007664005
133.880 € +2.67 %
131.000 €Ouverture : +2.20 %Perf Ouverture : 134.000 €+ Haut : 131.000 €+ Bas :
130.400 €Clôture veille : 6 893Volume : +0.00 %Capi échangé : 41 759 M€Capi. :

Volkswagen : Sombres perspectives pour Heuliez et ses 290 salariés

Sombres perspectives pour Heuliez et ses 290 salariésSombres perspectives pour Heuliez et ses 290 salariés

BORDEAUX (Reuters) - Le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres) devrait constater lundi l'absence d'offre de reprise concrète pour l'équipementier automobile français Heuliez SAS, qu'il avait placé en redressement judiciaire il y a six mois.

Les 290 salariés de l'usine de Cerizay, qui espéraient que les six mois de protection obtenus par le propriétaire Baelen Gaillard Industrie (BGI) suffiraient pour sauver leur outil de travail, déchantent à l'approche de la date butoir.

"Nous ne sommes pas rassurés. Le risque de liquidation pur et simple existe", a déclaré Xavier Cailloux, délégué CFDT.

Aucun des repreneurs potentiels - le groupe industriel espagnol Cosmos, le consultant allemand Matthias Bittner et le Français Christian de Léotard - n'a déposé le moindre dossier mercredi dernier, date de clôture des offres.

Cosmos, qui semblait le mieux placé, refuse de s'engager sans la garantie que le constructeur automobile allemand Volkswagen ait choisi définitivement Heuliez pour un contrat de fourniture de pièces de rechange représentant plusieurs dizaines de millions d'euros par an.

Heuliez serait en bonne position mais Volkswagen fait jouer la concurrence et ne devrait rendre sa décision qu'après le 15 octobre.

Sauf retournement de situation de dernière minute, seul le projet de Société d'économie mixte (Sem), dont la création a été proposée par la région Poitou-Charentes dirigée par l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007, Ségolène Royal, pour maintenir le site en état le temps que la situation se débloque pourrait permettre de repousser l'échéance.

Le tribunal devrait avoir à l'examiner lundi.

Ce projet, dont les 650.000 euros de capital seraient assurés à 85% par des fonds publics, ne pourra voir le jour qu'avec un apport privé des 15% restants, conformément à la réglementation.

"La SEM pourrait assurer 20 à 30 emplois. Si on peut poursuivre l'activité actuelle on peut en maintenir 100 à 150 autres. Sur 290, un plan social est donc inévitable", ajoute le délégué CFDT.

Le groupe familial Heuliez créé en 1920, et en grande difficulté à partir de 2006, avait été sauvé en 2010 grâce à la reprise de la partie historique de carrosserie, ferrage, emboutissage et assemblage par BGI, et par celle de la branche voiture électrique par un industriel allemand sous la marque Mia Electric.

Mia Electric a été repris par le consortium d'investisseurs internationaux Focus Asia GmbH (88%), la région Poitou-Charentes qui était entré au capital lors de la reprise en conservant toujours 12%.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...