Bourse > Volkswagen > Volkswagen : Fiat a plus souffert qu'attendu au 1er trimestre
VOLKSWAGENVOLKSWAGEN VWA - DE0007664005VWA - DE0007664005
127.500 € -0.39 %
129.260 €Ouverture : -1.36 %Perf Ouverture : 129.260 €+ Haut : 126.100 €+ Bas :
128.000 €Clôture veille : 4 372Volume : +0.00 %Capi échangé : 39 769 M€Capi. :

Volkswagen : Fiat a plus souffert qu'attendu au 1er trimestre

Marché : Fiat confirme ses objectifs de résultats 2013Marché : Fiat confirme ses objectifs de résultats 2013

par Bernie Woodall et Jennifer Clark

MILAN/DETROIT (Reuters) - Fiat a publié lundi des résultats trimestriels en baisse et inférieurs aux attentes, les ventes de sa filiale américaine Chrysler ayant souffert dans l'attente du lancement d'un nouveau modèle.

"Nous savions que nous allions ralentir pendant ce trimestre ; simplement, je ne pensais pas que nous allions ralentir autant", a reconnu Sergio Marchionne, qui dirige les deux constructeurs automobiles, lors d'une téléconférence avec des analystes et des journalistes.

En janvier, il avait prévenu que les bénéfices du groupe allaient diminuer au premier trimestre en raison des coûts de lancement de nouveaux modèles et de l'arrêt de la production de la Jeep Liberty.

La remplaçante de cette dernière, la Jeep Cherokee, ne sera pas commercialisée avant le troisième trimestre.

Sergio Marchionne a aussi expliqué la dégradation des résultats par des retards dans le lancement de la Jeep Grand Cherokee et d'utilitaires RAM, qui figurent parmi les meilleures ventes de Chrysler.

Fiat, qui contrôle le troisième constructeur américain depuis quatre ans, a néanmoins confirmé ses objectifs de résultats pour cette année, malgré les déboires de Chrysler et la baisse continue du marché européen.

Pour l'ensemble de 2013, Fiat prévoit toujours un chiffre d'affaires de 88 à 92 milliards d'euros, un bénéfice d'exploitation de 4,0 à 4,5 milliards et un endettement industriel net proche de sept milliards.

Sur les trois premiers mois de l'exercice, le groupe de Turin a vu son bénéfice d'exploitation reculer à 618 millions d'euros alors que les analystes financiers prévoyaient en moyenne un résultat de 720 millions.

"PAS SI GLORIEUX", DIT MARCHIONNE

Le bénéfice imposable, lui, est tombé à 160 millions alors que le marché l'attendait à 300 millions.

Quant à l'endettement net, il atteignait 7,10 milliards d'euros fin mars, contre 7,15 milliards attendus et 6,5 milliards fin décembre.

Pour Harald Hendrikse, analyste de Citi Research, les derniers résultats soulignent le poids de la dette du groupe.

"Avec une dette au niveau actuel, la société ne pourra pas rivaliser à long terme avec des géants comme Volkswagen, qui dépense 16 milliards d'euros en investissements productifs et en recherche-développement", explique Citi dans une note publiée lundi.

Au premier trimestre, Fiat a néanmoins réduit ses pertes en Europe en dépit d'une chute de 10% du marché sur le Vieux Continent.

La perte avant impôt et charges financières (Ebit) des activités européennes a été ramenée à 111 millions d'euros contre une perte de 170 millions en janvier-mars 2012. Les ventes ont parallèlement diminué de 8%.

Chez Chrysler, le bénéfice net a chuté de 65% en un an à 166 millions de dollars, contre 473 millions et le chiffre d'affaires de 6%, à 15,4 milliards de dollars.

Lors de la téléconférence, Sergio Marchionne a passé la parole au directeur financier de Chrysler Richard Palmer, en expliquant qu'il allait présenter les "détails pas très glorieux d'un trimestre pas très glorieux".

Pour le deuxième trimestre, Chrysler table sur une hausse d'au moins de 13% de ses ventes en volumes par rapport à janvier-mars.

A la Bourse de Milan, l'action Fiat a fini la journée en baisse de 1,19% à 4,638 euros.

Jennifer Clark, Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...