Bourse > Volkswagen > Volkswagen : Aldi et VW ont bénéficié du travail forcé en RDA, selon une étude
VOLKSWAGENVOLKSWAGEN VWA - DE0007664005VWA - DE0007664005
135.280 € -0.68 %
136.000 €Ouverture : -0.53 %Perf Ouverture : 136.000 €+ Haut : 133.120 €+ Bas :
136.200 €Clôture veille : 1 016Volume : +0.00 %Capi échangé : 42 196 M€Capi. :

Volkswagen : Aldi et VW ont bénéficié du travail forcé en RDA, selon une étude

Aldi et VW ont bénéficié du travail forcé en RDA, selon une étudeAldi et VW ont bénéficié du travail forcé en RDA, selon une étude

BERLIN (Reuters) - De grands groupes industriels allemands, dont la chaîne de supermarchés Aldi ou le constructeur automobile Volkswagen, ont commercialisé des marchandises ou utilisé des pièces détachées fabriquées par des prisonniers est-allemands, montre une étude qui précise toutefois que cela n'était pas délibéré de leur part.

Des recherches effectuées par l'autorité chargée de gérer les archives de l'ancienne République démocratique allemande (BStU) ont mis à jour un système généralisé de travail forcé dans les années 1970 et 1980.

Cette étude pourrait permettre à d'anciens détenus de demander des dédommagements.

En 2012, le fabricant suédois de meubles Ikea a présenté ses excuses après qu'il eut été démontré qu'il avait utilisé de la main d'oeuvre contrainte pour fabriquer certains produits.

Ikea, comme de nombreux autres grands groupes occidentaux avait pris l'habitude de sous-traiter certaines activités de l'autre côté du Rideau de fer où les coûts de la main d'oeuvre étaient plus avantageux.

Les estimations suggèrent que près de 10% des détenus est-allemands étaient des prisonniers politique.

Selon la chaîne de télévision ARD, qui a eu un accès anticipé aux documents de la BStU montrent que le maxidiscompteur Aldi a fait fabriquer des produits par une usine est-allemande de chaussettes qui avait recours à de la main d'oeuvre contrainte.

Volkswagen a de son côté utilisé des pièces détachées, comme des phares antibrouillards ou des feux arrière, fabriqués par la VEB Fahrzeugelektrik Ruhla, connue pour avoir elle aussi employé des détenus.

Alexandra Hudson, Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...