Bourse > Vivendi > Vivendi : Telecom Italia rate le consensus, relève l'objectif d'économies
VIVENDIVIVENDI VIV - FR0000127771VIV - FR0000127771
17.650 € -0.79 % Temps réel Euronext Paris
17.685 €Ouverture : -0.20 %Perf Ouverture : 17.780 €+ Haut : 17.530 €+ Bas :
17.790 €Clôture veille : 3 679 420Volume : +0.29 %Capi échangé : 22 717 M€Capi. :

Vivendi : Telecom Italia rate le consensus, relève l'objectif d'économies

Telecom Italia rate le consensus, relève l'objectif d'économiesTelecom Italia rate le consensus, relève l'objectif d'économies

MILAN (Reuters) - Telecom Italia a annoncé vendredi avoir plus que doublé l'objectif de réductions de coûts de son plan stratégique à l'horizon 2018, après avoir publié des résultats trimestriels plus dégradés qu'attendu.

Le premier opérateur italien de télécommunications a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciation et amortissement (Ebitda) en recul de 15,8% sur un an à 1,712 milliard d'euros. Les analystes financiers attendaient en moyenne 1,796 milliard selon le consensus fourni par le groupe.

Telecom Italia explique dans un communiqué avoir porté son objectif d'économies à 1,6 milliard d'euros, contre 0,6 milliard annoncé en février. Les économies devraient toucher à la fois les coûts salariaux, l'énergie, les activités commerciales, la publicité, l'informatique et les réseaux, explique le communiqué.

Le chiffre d'affaires du groupe a baissé de 12% au premier trimestre à 4,44 milliards d'euros, légèrement en dessous des attentes. La baisse a été de 2% en Italie mais elle a atteint 37% au Brésil.

L'endettement net, lui, a été ramené fin mars à 27,14 milliards d'euros contre 27,3 milliards fin décembre, grâce à la conclusion de la vente des parts dans Telecom Argentina.

Ces résultats sont les premiers publiés depuis l'entrée en fonctions du nouvel administrateur délégué, Flavio Cattaneo, qui a remplacé en mars Marco Patuano, démissionnaire.

De sources proches du dossier, on avait alors expliqué que Marco Patuano était en désaccord avec Vivendi, premier actionnaire du groupe avec 24,7% du capital et qui dispose de quatre sièges au conseil d'administration.

Les nouvelles économies annoncées vendredi devraient donc être interprétées comme un signe de la volonté de satisfaire Vivendi, qui plaide pour une accélération de l'assainissement des comptes.

(Agnieszka Flak, Marc Angrand pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...