Bourse > Vinci > Vinci : Fin de la crise des concessions autoroutières
VINCIVINCI DG - FR0000125486DG - FR0000125486
62.330 € +0.78 % Temps réel Euronext Paris
62.260 €Ouverture : +0.11 %Perf Ouverture : 62.680 €+ Haut : 61.740 €+ Bas :
61.850 €Clôture veille : 1 916 470Volume : +0.32 %Capi échangé : 37 227 M€Capi. :

Vinci : Fin de la crise des concessions autoroutières

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après de longs mois de tensions, un accord a finalement été trouvé entre le gouvernement français et les sociétés d'auroroutes. L'action Vinci cède cependant 0,3% en début de séance.

D'aucuns ne voyaient pas le bout de ce conflit, mais le gouvernement et les sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA) sont finalement parvenus à trouver un terrain d'entente, a fait savoir hier soir le ministre de l'Economie Emmanuel Macron. L'accord conclu entre les deux parties consacre le déploiement d'un plan de relance de 3,2 milliards d'euros, dont 2 milliards pour Vinci, moyennant un allongement de 2 ans de la durée des concessions.

Conformément à ce que le Premier ministre Manuel Valls avait déjà annoncé, les péages des autoroutes n'augmenteront par ailleurs par cette année, alors que les tarifs étaient gelés depuis fin janvier, et un rattrapage très progressif s'effectuera au cours des années à venir. L'AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport en France) se verra également allouer un montant total d'un milliard d'euros sur la durée de vie des concessions, 'soit environ la moitié pour la part de Vinci', selon les estimations de Société Générale, qui a relevé son objectif de cours de 58 à 67 euros sur la valeur et a reconduit son opinion 'achat'.

'La fin officielle du conflit entre l'Etat et les concessionnaires devrait dynamiser le titre, en éliminant la prime de risque liée aux incertitudes politiques et après prise en compte de l'impact du plan de relance', anticipe l'analyste, pour qui l'action 'recèle encore d'un bon potentiel de hausse'. Sur le long terme, Vinci reste même un investissement de premier plan, estime Société Générale, qui salue d'une part sélectivité des contrats donnant priorité à la marge et d'autre part une stratégie de développement pertinente et très ciblée.

Pour rappel, le bras de fer entre le gouvernement et les SCA avait débuté en septembre dernier dans le sillage de la publication d'un rapport de l'Autorité de la concurrence qui avait mis en avant la 'rentabilité exceptionnelle' de 20% desdites SCA. Ces dernières avaient fermement réfuté ces conclusions, soutenant que leur rentabilité était bien inférieure et se calculait sur la totalité des concessions.

Elles étaient aussi allées jusqu'à saisir le Conseil d'Etat à l'annonce du gel des tarifs par le gouvernement.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...