Bourse > Vinci > Vinci : Eiffage et Vinci malmenés en bourse avec le gel des tarifs d'autoroutes
VINCIVINCI DG - FR0000125486DG - FR0000125486
62.950 € +0.99 % Temps réel Euronext Paris
62.430 €Ouverture : +0.83 %Perf Ouverture : 62.980 €+ Haut : 62.260 €+ Bas :
62.330 €Clôture veille : 450 122Volume : +0.08 %Capi échangé : 37 597 M€Capi. :

Vinci : Eiffage et Vinci malmenés en bourse avec le gel des tarifs d'autoroutes

(Tradingsat.com) - Les groupes de construction et de concessions Vinci et Eiffage continuait d'évoluer sous pression mercredi à la Bourse de Paris, abandonnant -1,8% à 46,9 euros et -2% à 43,7 euros respectivement après avoir déjà lourdement chuté la veille (-3,5% et -6,3%) à l'annonce du gel des tarifs autoroutiers.

Le gouvernement a en effet décidé de surseoir à la hausse des péages autoroutiers de 0,57% prévue le 1er février, dans l'attente des conclusions d'un groupe de travail sur l'avenir des concessions autoroutières, a annoncé mardi le Premier ministre, Manuel Valls.

Dans un communiqué, les sociétés concessionnaires d’autoroutes, ont signifié mardi soir leur forte désapprobation à cette décision surprise, apprise par la presse, au mépris des règles de communication financière imposées par l'Autorité des marchés financiers.

"Les sociétés regrettent profondément cette décision unilatérale qui décrédibilise de façon durable la signature de l’État pour les contrats de partenariat public-privé et introduit une incertitude pour les entreprises et leurs actionnaires, dans leurs relations avec les marchés internationaux qui financent les investissements qu’elles réalisent pour le compte de l’État", écrit l'Association des Sociétés Françaises d'Autoroutes (ASFA).

Les sociétés indiquent qu’elles souhaitent privilégier, comme ceci a toujours été le cas depuis leur création il y a un demi-siècle, la voie de la négociation. "Dans la mesure où celle-ci n’a malheureusement pas abouti à l’heure de la décision de gel des tarifs, il leur appartient, pour préserver leurs droits, d’entamer sans attendre une procédure contentieuse", indique l'ASFA.

Eiffage a également réagi mardi soir en contestant la décision du gouvernement de geler la hausse des tarifs des péages prévue le 1er février, en répercussion de l'inflation, des investissements et de l'augmentation de la redevance domaniale.

L'entreprise "s’associe au communiqué des sociétés d’autoroutes publié en réponse par l'ASFA", l’Association des sociétés françaises d'autoroutes et d'ouvrages à péage.

Elle ajoute que "conformément à ce dernier, APRR et AREA [ses filiales autoroutières] vont contester sans délai la décision illégale de surseoir à l’application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février 2015".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...