Bourse > Transgene > Transgene : Près de 50% de hausse en deux séances, volumes historiques
TRANSGENETRANSGENE TNG - FR0005175080TNG - FR0005175080
2.710 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
2.710 €Ouverture : 0.00 %Perf Ouverture : 2.750 €+ Haut : 2.690 €+ Bas :
2.710 €Clôture veille : 42 050Volume : +0.07 %Capi échangé : 153 M€Capi. :

Transgene : Près de 50% de hausse en deux séances, volumes historiques

TransgeneTransgene

(Tradingsat.com) - Après son envolée de 44% de jeudi, Transgene a ralenti sa progression jeudi, affichant à la clôture une hausse « limitée » de +2,2% à 3,74 euros. Mais la séance a été une nouvelle fois très animée, avec des volumes records de 4,45 millions de titres échangés, représentant 11,55% du capital de l’entreprise.

La plus vieille société de biotechnologie cotée à Paris, vient de rebondir de +47% en deux séances, passant de 2,54 euros le 5 janvier à 3,74 euros. Elle était même partie pour faire beaucoup mieux avec un plus haut en séance de 4,40 euros atteint jeudi (soit +20,1%).

Un virus oncolytique en phase 3

Coup sur coup, Transgene a communiqué deux nouvelles majeures. Mercredi tout d’abord, la société a annoncé le traitement du premier patient dans l'étude de phase 3 avec Pexa-Vec dans le traitement du carcinome hépatocellulaire, la forme la plus répandue du cancer du foie.

La nouvelle a entraîné un spectaculaire rattrapage du titre qui évoluait depuis un mois sur des plus bas historiques, pour une valorisation inférieure à 100 millions d’euros.

Pexa Vec est un virus oncolytique, capable d’infecter et de détruire spécifiquement les cellules cancéreuses, une nouvelle approche thérapeutique qui suscite des espoirs importants. La première immunothérapie oncolytique vient d’ailleurs out juste d’être autorisée par l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) : il s’agit d’un virus oncolytique mis au point par le groupe pharmaceutique américain Amgen pour le traitement du mélanome métastatique.

Jeudi, Transgene a dévoilé un nouveau plan stratégique qui définit en particulier ses nouvelles orientations cliniques. Un point qui était très attendu, notamment en ce qui concerne le TG 4010, le produit phare de la société développé dans le cancer du poumon non à petites cellules.

Tests de combinaison avec des inhibiteurs des points de contrôle

Comme espéré, Transgene compte mettre prioritairement en oeuvre des approches combinant ses produits avec d’autres produits d’immunothérapie parmi lesquels les inhibiteurs des points de contrôle immunitaires (Immune Checkpoint Inhibitors : ICIs), une nouvelle classe thérapeutique particulièrement prometteuse pour la prise en charge des cancers et de certaines maladies infectieuses.

Pour les analystes de Gilbert Dupont, ce repositionnement clinique est "opportun" dans la mesure où les inhibiteurs de points de contrôle "font partie intégrante des algorithmes de traitement de certains cancers, notamment dans le cancer du poumon non à petites cellules où ils sont devenus incontournables".

Transgene a d’ores et déjà engagé des discussions avec des partenaires cliniques et biopharmaceutiques pour initier cinq essais cliniques de phase 2 en combinaison avec des ICIs sur ses deux produits les plus avancés. Les premiers patients devraient être traités dès mi-2016.

Les principaux programmes envisagés de combinaison concernent donc, d'une part le produit phare de Transgene, le TG4010, avec un ICI, en première et en seconde lignes dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules, et d'autre part sur son second produit le plus avancé, Pexa-Vec avec un ICI en première ligne de traitement de l'hépato-carcinome cellulaire (HCC), ainsi que dans le traitement d’autres tumeurs solides.

Visibilité financière jusqu’à fin 2017

En parallèle, Transgene répond également aux interrogations sur sa situation financière, annonçant que sa nouvelle phase de développement stratégique s'appuiera sur de nouveaux financements.

Il s'agit tout d'abord d'un prêt de 20 millions d’euros obtenu auprès de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) dans le cadre du programme IDFF (Infectious Diseases Finance Facility). Ce prêt est d’une durée de 5 ans, avec remboursement différé du capital et des intérêts à partir de la quatrième année. Transgene va aussi bénéficier d'un engagement de 10 millions d'euros de son actionnaire de référence, l’Institut Mérieux, qui confirme ainsi son appui à la stratégie de la société.

Selon les calculs du courtier Bryan Garnier, en tenant compte des 46,5 millions d’euros de trésorerie à fin septembre, ce nouvel argent frais offre une visibilité financière jusqu’à fin 2017.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...