Bourse > Transgene > Transgene : Le virus oncolytique Pexa Vec fait flamber le titre
TRANSGENETRANSGENE TNG - FR0005175080TNG - FR0005175080
2.700 € -0.37 % Temps réel Euronext Paris
2.710 €Ouverture : -0.37 %Perf Ouverture : 2.760 €+ Haut : 2.690 €+ Bas :
2.710 €Clôture veille : 84 370Volume : +0.15 %Capi échangé : 152 M€Capi. :

Transgene : Le virus oncolytique Pexa Vec fait flamber le titre

transgenetransgene

(Tradingsat.com) - Transgene accélérait mercredi après-midi son envolée, gagnant plus de 40% (+42,9% à 3,65 euros). Alors que la société biopharmaceutique évoluait il y a peu sur ses plus bas niveaux historiques, elle fait l'objet d'un brutal regain d'intérêt provoqué par l'annonce de l'inclusion du premier patient dans l’étude de phase 3 avec le produit Pexa-Vec pour le traitement d'une forme de cancer du foie avancé, le carcinome hépatocellulaire.

Pexa Vec est un virus oncolytique armé pour provoquer une réponse immunitaire anti-tumorale et conçu pour cibler et détruire sélectivement les cellules cancéreuses.

Accord avec la FDA

L'étude est conduite par SillaJen, Inc., le partenaire de Transgene. Elle évalue l’utilisation de Pexa-Vec dans le traitement de patients atteints de carcinome hépatocellulaire éligibles au traitement par sorafenib (Nexavar), le seul médicament autorisé pour cette maladie.

Il est prévu de recruter 600 patients n’ayant reçu aucun traitement systémique préalable contre leur cancer dans environ 140 sites dans le monde, dont l’Amérique du Nord, l’Asie, l’Australie et l’Europe.

Les patients seront répartis aléatoirement dans deux groupes égaux : dans l’un, Pexa-Vec sera administré suivi de sorafenib ; dans l’autre, seul sorafenib sera administré.

SillaJen a trouvé un accord avec l’autorité réglementaire américaine, la Food and Drug Administration, pour une procédure particulière, dite Specific Protocol Assessment (SPA), de revue du protocole de cette étude clinique globale de phase 3. L’objectif principal de l’étude est la survie globale.

Les objectifs secondaires comprennent la sécurité et l’évaluation des réponses tumorales dans les deux groupes en termes de : délai de progression, survies sans progression, taux de réponse globale et taux de contrôle de la maladie.

L'immunothérapie oncolytique, une voie prometteuse

"Le lancement de l’étude de phase 3 avec Pexa-Vec chez des patients atteints de cancer du foie avancé est un important pas en avant dans le développement de cette immunothérapie oncolytique" a déclaré Philippe Archinard, président-directeur général de Transgene.

"La récente autorisation de mise sur le marché de la première immunothérapie oncolytique ouvre la voie pour cette classe prometteuse de traitements anticancéreux. Nous sommes impatients d’évaluer son utilité clinique contre le cancer du foie avancé, ainsi que contre d’autres types de cancers", a ajouté le dirigeant.

L'Agence Européenne des Médicaments (EMA), a approuvé fin 2015 l'Imlygic, un virus oncolytique mis au point par le groupe pharmaceutique américain Amgen pour le traitement du mélanome métastatique. Il s'agit de la première approbation en Europe d'une immunothérapie oncolytique dans cette indication.

Un virus oncolytique est capable d’infecter et de détruire spécifiquement les cellules cancéreuses.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...