Bourse > Total > Total : Total maintient ses plans d'investissements malgré la fuite
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
45.915 € +0.36 % Temps réel Euronext Paris
45.700 €Ouverture : +0.47 %Perf Ouverture : 46.260 €+ Haut : 45.455 €+ Bas :
45.750 €Clôture veille : 7 183 140Volume : +0.28 %Capi échangé : 116 094 M€Capi. :

Total : Total maintient ses plans d'investissements malgré la fuite

Total maintient ses plans d'investissements malgré la fuiteTotal maintient ses plans d'investissements malgré la fuite

par Benjamin Mallet et Muriel Boselli

PARIS / ABERDEEN (Reuters) - Total a fait savoir lundi qu'il ne prévoyait pas de réviser ses objectifs en matière d'investissements et de dividende après la fuite de gaz survenue sur l'une de ses plates-formes en mer du Nord, dont il se refuse toutefois à chiffrer l'impact futur.

Ces déclarations interviennent alors que, selon deux sources industrielles proches du dossier, le pétrolier français prévoit d'envoyer dans les prochains jours un hélicoptère de reconnaissance sur la plate-forme d'Elgin afin de vérifier la sécurité des installations avant une éventuelle intervention humaine pour stopper la fuite.

"En nous basant sur notre évaluation actuelle de la situation, nous pensons que le groupe continuera de générer largement assez de cash sur la période 2012-2014 pour financer son programme de dépenses d'investissements et ses dividendes", a déclaré le directeur financier de Total, Patrick de La Chevardière, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

"Nous n'avons donc actuellement pas de raison de changer nos plans en matière de programme d'investissements et d'engagement à verser un dividende compétitif", a-t-il ajouté.

Total avait annoncé en septembre qu'il prévoyait 23 milliards de dollars d'investissements par an en moyenne sur 2012-2014. Pour la seule année 2012, il a précisé en février qu'il tablait sur des investissements hors acquisitions de l'ordre de 24 milliards contre 20,6 milliards en 2011.

"Il est trop tôt pour donner aujourd'hui une estimation des coûts futurs (liés à la fuite)", a cependant déclaré Patrick de La Chevardière.

L'ACTION PROGRESSE EN BOURSE

Précisant que Elgin-Franklin représentait 53.000 barils équivalent pétrole par jour dans le budget pour 2012, soit 2% de la production de Total, Patrick de La Chevardière a en outre indiqué que la fermeture de cette plate-forme avait un impact négatif d'environ 1,5 million de dollar par jour au niveau du résultat opérationnel.

Les coûts des moyens actuellement mobilisés pour réparer la fuite s'élèvent à un million de dollars par jour, montant qui pourrait atteindre 1,5 million lors de l'éventuel forage de deux puits de secours.

Le directeur financier de Total a en outre dit ne pas avoir connaissance d'éventuelles poursuites engagées par les autorités britanniques à la suite de la fuite de gaz.

Il a également estimé que les partenaires du groupe sur Elgin ne pouvaient pas se retourner contre lui pour lui réclamer des dédommagements liés aux pertes de production.

Vers 17h20, le titre Total avançait de 2,12% à 39,05 euros, enregistrant la deuxième plus forte hausse d'un CAC 40 en progression de 0,82%.

L'autorité britannique Health and Safety Executive (HSE) devait par ailleurs recevoir ce lundi des représentants de Total pour discuter de sa proposition d'envoyer une équipe d'experts pour stopper la fuite de gaz - essentiellement du méthane - qui a débuté il y a une semaine sur la plate-forme de puits d'Elgin.

HSE donnera un avis sur les risques liés à cette opération mais il appartiendra à Total, qui souhaite intervenir d'ici la fin de la semaine, de prendre la décision, a précisé un porte-parole de la HSE.

"STRATÉGIE TRÈS DANGEREUSE"

Les représentants du personnel s'opposent à toute intervention pour des raisons de sécurité, évoquant notamment le volume de gaz présent dans les environs.

"Nous pensons que c'est une stratégie très dangereuse. Même un marteau qui tomberait pourrait enflammer le gaz. L'ensemble de l'opération devra être effectuée à la perfection", a déclaré sous couvert d'anonymat un responsable syndical.

Dans la première solution envisagée, Total injecterait de la boue de forage pour boucher le puits par le haut et ainsi l'abandonner, une option risquée car nécessitant une intervention humaine sur la plate-forme mais qui, en cas de réussite, permettrait au groupe de ne pas forer de puits de secours.

Total s'organise en effet en parallèle pour creuser deux puits de secours, mais cette option pourrait prendre jusqu'à six mois au total.

Un bateau affrété par Greenpeace est par ailleurs arrivé à proximité de la zone d'exclusion maritime aux alentours de 7 heures lundi matin et des premiers échantillons d'air et d'eau ont été recueillis, a indiqué l'ONG. Ils seront analysés dans un laboratoire allemand d'ici la fin de la semaine.

Les risques pour l'environnement, notamment pour la faune marine, restent limités selon un expert de l'université de Liverpool spécialisé en pollution marine.

Total a indiqué à son personnel en fin de semaine que la fuite de gaz représentait chaque jour l'équivalent d'un aller-retour Paris/Sanghai en termes d'émissions de carbone.

La fuite a contraint Total à évacuer il y a une semaine les 238 personnes qui travaillaient sur la plate-forme, à environ 240 kilomètres au large de la ville écossaise d'Aberdeen.

Une torchère qui brûlait près de la plate-forme de forage s'est éteinte samedi sans intervention, ce qui réduit les risques d'explosion.

Avec Oleg Vukmanovic, Pascale Denis et Marion Douet, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...