Bourse > Total > Total : La facture pétrolière a dépassé 5% du pib en 2011
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
44.950 € +0.10 % Temps réel Euronext Paris
44.400 €Ouverture : +1.24 %Perf Ouverture : 45.270 €+ Haut : 44.400 €+ Bas :
44.905 €Clôture veille : 5 422 410Volume : +0.21 %Capi échangé : 113 654 M€Capi. :

Total : La facture pétrolière a dépassé 5% du pib en 2011

tradingsat

(CercleFinance.com) - Plus de 5% des richesses planétaires : c'est ce qu'a coûté la facture pétrolière en 2011, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Selon l'organisation internationale, une telle proportion n'a pas facilité la croissance. En outre, l'année pétrolière 2012 s'annonce plus complexe que la stabilité actuelle des prix ne le laisse supposer.

“Ceux qui s'attendent à une année pétrolière 2012 plus calme que la précédente risquent d'être déçus', a déclaré hier le directeur adjoint de l'AIE, Richard Jones, devant la Commission sénatoriale américaine sur l'énergie et les ressources naturelles. Selon ce haut cadre de l'Agence, la relative stabilité des prix du brut, qui se maintiennent entre 100 et 120 dollars le baril depuis le printemps dernier, pourrait bien être 'fragile'. Tout dépendra de la prédominance du 'malaise macroéconomique ', ou bien des tensions sur l'offre.

En effet, en 2011, la part du PIB mondial consacrée à régler la facture pétrolière est repassée au-dessus de la barre des 5%, estime l'AIE, comme tel avait été le cas en 2008 et lors de plusieurs autres périodes de sévère retournement conjoncturel. 'Les prix élevés de l'or noir ne sont certainement pas la seule cause de ces difficultés économiques, mais ils n'ont pas vraiment contribué à adoucir le phénomène', a ajouté Richard Jones.

L'AIE a confirmé sa prévision de hausse d'un petit peu plus d'un million de barils/jour de la demande pétrolière globale en 2012.

Concernant l'Iran, M. Jones a rappelé que selon l'AIE, ce pays exporte 2,5 millions de barils de pétrole par jour, dont 65% part pour l'Asie et 30% (soit 750.000 barils/jour) pour l'Europe. S'il est trop tôt pour déterminer l'impact du futur embargo européen, il est déjà certain que les importations iraniennes des membres de l'AIE, soit 1,3 million de barils, seront sensiblement affectées. Les pays concernés trouveront sans doute d'autres fournisseurs, mais probablement à des prix plus élevés, a-t-il prédit.

Certes, la politique de Téhéran fait également peser des doutes sur la circulation maritime dans le détroit d'Ormuz, par lequel transitent 17 millions de barils/jour ou 20% de la demande pétrolière totale. Cependant, la probabilité d'une fermeture prolongée de cette passe stratégique est considérée comme 'assez faible', et serait aussi prise en compte par les prix actuels du brut, estime l'AIE.

Enfin, a-t-il ajouté, aucune pénurie de brut ne menace actuellement le marché mondial, selon l'AIE qui n'a pas toujours dit cela puisqu'elle avait mobilisé les stocks stratégiques l'été dernier.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...