Bourse > Total > Total : L'irak veut annuler un contrat de total après le kurdistan
TOTALTOTAL FP - FR0000120271FP - FR0000120271
45.915 € +0.36 % Temps réel Euronext Paris
45.700 €Ouverture : +0.47 %Perf Ouverture : 46.260 €+ Haut : 45.455 €+ Bas :
45.750 €Clôture veille : 7 183 140Volume : +0.28 %Capi échangé : 116 094 M€Capi. :

Total : L'irak veut annuler un contrat de total après le kurdistan

L'irak veut annuler un contrat de total après le kurdistanL'irak veut annuler un contrat de total après le kurdistan

par Ahmed Rasheed

BAGDAD (Reuters) - L'Irak a fait savoir mercredi qu'il écarterait Total du site pétrolier de Halfaya, dans le sud-est du pays, le groupe français ayant conclu un accord d'exploration au Kurdistan.

Total a annoncé mardi avoir signé avec l'américain Marathon Oil un accord portant sur une prise de participation de 35% dans deux blocs d'exploration au Kurdistan irakien, région autonome en conflit de longue date avec le gouvernement central de Bagdad sur les questions pétrolières.

Bagdad juge illégaux les contrats pétroliers signés avec le Kurdistan.

"Nous travaillons à annuler la part de Total dans le contrat de Halfaya. Nous exclurons et mettrons un terme au contrat de toute entreprise qui signe un accord avec la région du Kurdistan sans l'approbation du ministère du Pétrole", a dit à des journalistes Abdul-Mahdy al-Ameedi, directeur du département des contrats et licences au ministère irakien.

"Total confirme son engagement de contribuer au développement du secteur pétrolier irakien et à investir dans de nouveaux projets", avait indiqué Total mardi dans un communiqué. Un porte-parole du groupe français avait ajouté que "les autorités de Bagdad ont été informées des intentions de Total".

Exxon Mobil a été le premier grand pétrolier à signer un accord avec le Kurdistan, fin 2011, un accord que Bagdad a jugé illégal et pour lequel le gouvernement irakien a riposté en excluant Exxon, en mai, d'un appel d'offres pour des blocs d'exploration.

Bagdad est allé plus loin avec Chevron, le 24 juillet, en privant le pétrolier américain de tout accord en dehors du Kurdistan après l'annonce par celui-ci du rachat de deux blocs dans la région.

A Halfaya, la production a débuté fin juin. Total détient une part minoritaire de 18,75% du site, qu'il exploite aux côtés des sociétés PetroChina et Petronas dans le cadre d'un accord signé en 2010 avec le gouvernement central irakien.

Au Kurdistan, Total a pris 35% des blocs d'exploration de Harir et Safen, Marathon Oil restant majoritaire avec 45% des parts et les 20% restants étant la propriété directe du gouvernement régional du Kurdistan, selon le groupe américain.

Ces blocs seraient plus rentables que ceux du sud de l'Irak et représentent un pari plus stratégique pour Total, a commenté un analyste interrogé par Reuters.

"Je ne pense pas que le contrat de Halfaya ait beaucoup de valeur pour Total. C'est le seul moyen de pression que le gouvernement fédéral a sur eux", a dit Jon Rigby, analyste chez UBS.

Avec Marion Douet, Michel Rose et Benjamin Mallet à Paris, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...