Bourse > Theradiag > Theradiag : "Nous allons changer de dimension"
THERADIAGTHERADIAG ALTER - FR0004197747ALTER - FR0004197747
3.660 € -1.61 % Temps réel Euronext Paris
3.720 €Ouverture : -1.61 %Perf Ouverture : 3.720 €+ Haut : 3.660 €+ Bas :
3.720 €Clôture veille : 6 472Volume : +0.09 %Capi échangé : 25 M€Capi. :

Theradiag : "Nous allons changer de dimension"

Michel Finance, directeur général de TheradiagMichel Finance, directeur général de Theradiag

(Tradingsat.com) - Quelques semaines après la signature de partenariats stratégiques aux Etats-Unis et en Chine, Theradiag poursuit l'élargissement de sa gamme de monitoring des biothérapies. Michel Finance, directeur général, souligne les importantes perspectives de croissance du marché du "theranostic".

Tradingsat.com : Qu’est-ce que le théranostic ?

Michel Finance : A l’origine, Theradiag était une société de distribution de diagnostics in vitro qui a commencé à développer des produits en interne, mais de manière relativement lente. L’introduction en Bourse il y a trois ans a été réalisée pour développer la partie théranostique. Le théranostic utilise un test diagnostique pour orienter la thérapeutique du patient. Il est né avec les biothérapies pour le traitement des maladies auto-immunes, soit des médicaments tels que Remicade ou Humira, des anticorps monoclonaux. Cette classe thérapeutique affiche l’une des plus belles croissances dans le monde de la pharmacie au cours de ces dix dernières années, avec un chiffre d’affaires passé de zéro à 35 milliards aujourd’hui.

Les biothérapies ont révolutionné le traitement des maladies auto-immunes, que ce soit la polyarthrite, la maladie de Crohn, le psoriasis, la rectocolite… mais au prix d’un coût de traitement très élevé, de 15 000 euros par an en moyenne. Le théranostic permet à la fois de déterminer la dose efficace - chaque patient réagit différemment - et de chercher la présence d’anticorps neutralisant le traitement. Entre 30% et 60% des patients deviennent résistants au traitement après une période de trois mois à cinq ans. Les anticorps générés par le système immunitaire du patient éliminent alors complètement le médicament qu’il devient inutile d’administrer

Tradingsat.com : Quels sont les tests théranostiques proposés par votre gamme LISA TRACKER ?

Michel Finance : Elle comprend aujourd’hui onze tests, soit un test spécifique pour chaque médicament. Nous sommes les seuls au monde à couvrir l’ensemble des 9 produits de biothérapies utilisés pour le traitement des maladies auto-immunes et anti-inflammatoires. A cela s’ajoutent deux autres produits utilisés en cancérologie, qui sont l’Avastin et l’Herceptin de Roche. Cette année, la gamme s’est étoffée de trois produits. Le dernier lancé est un kit de monitoring de l’Entyvio (molécule vedolizumab), qui vient compléter la gamme de monitoring des biothérapies la plus complète actuellement disponible sur le marché.

Tradingsat.com : Pourquoi avoir choisi Miraca Life Sciences et HOB Biotech pour commercialiser vos tests aux Etats-Unis, en Chine et en Asie.

Michel Finance : Nous étions déjà présents en Europe et avions besoin d’accéder à deux marchés importants sur lesquels nous n’étions pas : les Etats-Unis et l’Asie. Miraca est un gros laboratoire de services aux Etats-Unis. Nous l’avons choisi parce que cette société est spécialisée en gastroentérologie, en oncologie, et en dermatologie. Ils disposent de la force de vente, couvrent l’ensemble du territoire américain, connaissent les leaders d’opinion, sont en contact permanent avec les mutuelles privées : ils peuvent donc mettre notre produit sur le marché rapidement. C’est le bon partenaire également parce que notre produit complète leur gamme.

Le deuxième deal, avec HOB Biotech concerne la Chine et l’Asie. Il s’agit d’un accord croisé, ce qui est fondamental pour un partenariat en Chine. Nous avons un même intérêt mutuel. Nous allons distribuer leurs produits en Europe tandis qu’ils distribueront LISA Tracker en Chine. L’accord nous permet donc à la fois de positionner LISA Tracker sur un marché appelé à prendre énormément d’importance, et de dynamiser nos ventes avec leurs produits sur notre activité historique de diagnostic classique. Il comporte aussi un programme de recherche commun pour développer de nouvelles dans les domaines de l’allergie, de l’auto-immunité et du monitoring, basées sur une nouvelle plateforme technologique innovante.

Tradingsat.com : Vous avez donné peu d’information sur les termes financiers des accords.

Michel Finance : Par contrat, les montants sont confidentiels. Mais sur le plan de sa structure, l’accord avec Miraca comporte un paiement initial - ce qui est exceptionnel pour ce type de deal-, puis nous serons rémunérés régulièrement, à la fois pour le paiement des matières premières que nous allons fournir à Miraca, et naturellement avec les royalties sur les ventes qu’ils vont réaliser aux Etats-Unis. Le paiement initial sera effectué dès cette année. Il figurera dans nos comptes annuels qui seront publiés en avril.

Tradingsat.com : En quoi le marché chinois du théranostic est-il si prometteur ?

Michel Finance : C’est vraiment le bon moment d’aller en Chine. Les produits de biothérapie y sont très chers et mal ou peu remboursés. Le nombre de patients traités actuellement par biothérapies en Chine est faible relativement à la population du pays de 1,4 milliard d’habitants. Mais tous les biosimilaires qui sont actuellement développés vont rendre le marché exponentiel ! Grâce à notre partenaire chinois, nos produits devraient être enregistrés pour le marché chinois début 2017. Nous serons donc positionnés les premiers au moment où le marché chinois des biothérapies va exploser… pour devenir probablement, à terme, supérieur au marché européen. Il y a 70 millions de patients atteints d’une maladie auto-immune ou inflammatoire en Chine, c’est considérable ! Si seulement 10% des patients sont traités un jour, cela ferait 7 millions de patients éligibles à des tests de théranostic. Sur un horizon de 3 à 4 ans, le marché peut devenir considérable.

Tradingsat.com : Quelle est la taille du marché mondial des tests théranostics ?

Michel Finance : Le marché pour notre gamme, si l’on considère uniquement les tests sur les biothérapies à base d’anticorps monoclonaux, en supposant que les patients soient contrôlés deux à trois fois par an, sur la base du prix de vente que nous pratiquons en Europe, sans tenir compte de la Chine, est un marché potentiel de 400 à 500 millions d’euros. Notre objectif en tant que « petite société », première arrivée, seule à disposer d’une gamme complète, est d’atteindre un jour 5 à 10% de ce marché. Faites le calcul, 5% à 10% de 400 millions d’euros, à comparer à un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros aujourd’hui. Nous allons changer de dimension, c’est pourquoi nous avons besoin d’être présents sur les principaux marchés mondiaux.

Dans le cadre des accords signés, la commercialisation devrait donc débuter en Chine début 2017. Et pour les Etats-Unis ?

Michel Finance : Aux Etats-Unis, la commercialisation devrait débuter dès le premier trimestre 2016, c’est-à-dire dans quelques mois. En Chine, le but est en effet de nous positionner début 2017. Nous avons commencé le travail d’enregistrement auprès des autorités chinoises. Notre partenaire nous fait gagner beaucoup de temps. Le délai moyen d’enregistrement d’un produit pour une société étrangère est de trois ans, pour une société chinoise, il est d’un an et demi.

Tradingsat.com : Quelle différence avec les accords signés il y a quelques mois avec Hospira et UCB ?

Michel Finance : Les accords avec Miraca et HOB Biotech s’inscrivent dans une stratégie de développement géographique. Notre deuxième stratégie de croissance repose sur des accords du type de ceux conclus avec Hospira et UCB, qui sont des sociétés pharmaceutiques. Hospira est le premier laboratoire à avoir lancé un biosimilaire d’un anticorps monoclonal anti-TNF appelé Infliximab dont les brevets ont expiré. Ils sont les premiers à lancer ce produit sur l’Europe, le Canada et l’Australie. A chaque vente de produit est associé le service de monitoring. Hospira nous achète les tests de théranostic et nous délivrons les réactifs aux hôpitaux qui ont acheté le biosimilaire d’Hospira et le service de monitoring associé. Les termes de l’accord avec UCB sont plus confidentiels mais l’objectif est d’arriver à terme à un accord similaire à celui signé avec Hospira, mais sur autre traitement anti-TNF, appelé Cimzia

Tradingsat.com : Pour quand espérez-vous le « décollage » des ventes de LISA Tracker ?

Michel Finance : Elles ont déjà commencé à « décoller ». Sur notre chiffre d’affaires de 7,1 millions d’euros de l’an dernier, LISA Tracker représentait 1,4 million d’euros, contre 400 000 euros un an plus tôt. Les analystes attendent entre 2 et 2,5 millions d’euros pour l’an prochain. Les accords avec Hospira et UCB auront un petit impact cette année, mais le plus gros effet interviendra en 2016. L’accord avec Miraca se fera sentir dès l’année prochaine. Les ventes de LISA Tracker en Chine démarreront en 2017, mais les produits de notre partenaire HOB Biotech stimuleront nos ventes de diagnostics classiques dès 2016.

Tradingsat.com : La croissance de Theradiag va-t-elle s’accélérer assez vite pour atteindre l’équilibre sans avoir besoin de lever de nouveaux fonds ?

Michel Finance : Nous situons notre point mort autour d’un chiffre d’affaires de l’ordre de 11 millions d’euros. Nous avions 2,4 millions d’euros de cash à fin juin. Nous aurons peut-être besoin d’un petit peu d’argent supplémentaire pour développer les nouveaux produits prévus dans le cadre du partenariat de recherche signé avec nos partenaires chinois. Ce sont des investissements limités destinés à générer une croissance future très importante. A quelques centaines de milliers d’euros près du fait de ce nouvel investissement, nous gardons l’objectif fixé lors de l’introduction en bourse d’atteindre l’équilibre dans les cinq ans, ce qui nous amène à fin 2017.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...