Bourse > Tf1 > Tf1 : Canal+ chamboule le paf, tf1 et m6 dévissent
TF1TF1 TFI - FR0000054900TFI - FR0000054900
11.070 € -0.18 % Temps réel Euronext Paris
11.020 €Ouverture : +0.45 %Perf Ouverture : 11.130 €+ Haut : 10.990 €+ Bas :
11.090 €Clôture veille : 141 114Volume : +0.07 %Capi échangé : 2 318 M€Capi. :

Tf1 : Canal+ chamboule le paf, tf1 et m6 dévissent

Canal+ chamboule le paf, tf1 et m6 dévissentCanal+ chamboule le paf, tf1 et m6 dévissent

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Le groupe de télévision payante Canal+ a frappé un grand coup en annonçant la prise de contrôle des deux chaînes de la TNT gratuite de Bolloré, une opération qui devrait rebattre les cartes au sein du paysage audiovisuel français.

La filiale de Vivendi, qui s'est taillée un empire dans le payant avec ses 11 millions d'abonnements, est en passe de s'imposer comme le troisième acteur majeur de la télévision gratuite face à TF1 et M6, qui sont les grands perdants de l'opération.

Canal+ a créé la surprise jeudi en annonçant qu'il allait prendre une participation de 60% au sein du pôle télévision du groupe Bolloré qui comprend la chaîne généraliste Direct 8 et la musicale Direct Star - près de 4% d'audience à elles deux - ainsi qu'une régie publicitaire.

Si l'opération est validée par les autorités, Canal+ disposera au total de trois chaînes gratuites sur la TNT en comptant i>Télé, faisant ainsi jeu égal avec TF1, propriétaire de TMC et NT1, et distançant M6, détenteur de W9.

A 16h00, à la Bourse de Paris, l'action TF1 abandonnait 6,3% à 9,638 euros tandis que M6 cédait 5,7% à 13,40 euros, le marché jugeant les deux groupes privés de télévision directement menacés par ce nouveau concurrent de poids sur la TNT.

"La redistribution des cartes s'accélère sur le marché français avec la libération d'une (ou deux) fréquences et l'émergence d'un troisième acteur majeur", estiment les analystes de Natixis dans une note.

"Nous considérons cette opération comme une menace évidente pour TF1 et M6", ajoutent de leur côté les analystes d'Exane BNP Paribas. "L'utilisation des contenus Canal+ sur les deux chaînes de la TNT va probablement entraîner des pressions sur TF1 et M6 pour qu'ils augmentent leurs coûts de programmation (...) tout en réduisant encore davantage leur part d'un marché publicitaire au ralenti".

LES NOUVEAUX ENTRANTS MARGINALISÉS

De l'avis de certains analystes, M6 se trouve dans une position particulièrement délicate, coincée au milieu de deux mastodontes: TF1, premier groupe de télévision privé en France, et Canal+.

"Le nouveau groupe Canal+ va par ailleurs se révéler un concurrent redoutable sur des cibles importantes pour le groupe M6 comme les CSP+", soulignent les analystes de Natixis, qui ont abaissé leur recommandation à "alléger" contre "acheter".

M6 n'a pas souhaité faire de commentaires tandis que TF1 n'était pas joignable dans l'immédiat.

L'irruption fracassante de Canal+ dans l'univers du gratuit amplifie également la concentration des chaînes de la TNT aux mains de grands groupes six ans après leur lancement, à l'opposé de l'objectif initial qui était de faire émerger de nouveaux entrants.

NextRadioTV, propriétaire de BFM TV, et NRJ Group, détenteur de NRJ 12, se retrouvent ainsi isolés sur la TNT gratuite et pourraient être tentés de jeter l'éponge comme avant eux le groupe AB, qui a revendu TMC et NT1 à TF1, ou Lagardère qui a cédé à Bolloré Virgin 17, rebaptisée depuis Direct Star, il y a seulement un an.

"Veut-on la mort des indépendants de la TNT ?", demande Alain Weill, le patron de NextRadioTV, dans un communiqué, en appelant de nouveau le CSA à autoriser le lancement de nouvelles chaînes sur la TNT.

"Dans cette phase de concentration, qui a vu également le groupe TF1 reconstituer sa domination d'antan avec le rachat de NT1 et TMC, il serait essentiel de soutenir les derniers groupes indépendants issus du lancement de la TNT en 2005."

C'est dans ce contexte de chamboulement du marché de la télévision que le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel Michel Boyon doit justement présenter lundi son rapport sur l'avenir de la TNT.

LA BONNE AFFAIRE DE BOLLORÉ

En faisant affaire avec Bolloré, Canal+ s'est assuré de pouvoir concrétiser ses ambitions dans le gratuit au moment où son projet de chaîne gratuite appelée Canal20 s'enlisait.

Le groupe va débourser dans un premier temps 279 millions d'euros en actions Vivendi pour acquérir 60% des deux chaînes, avec une option pour en acquérir la totalité d'ici trois ans contre le versement de 186 millions en numéraire.

Si l'opération fait sens d'un point de vue stratégique, elle représente un coût élevé pour Canal+, estiment plusieurs analystes.

Selon les calculs d'Exane BNP Paribas, les chaînes de Bolloré devraient dégager des revenus d'environ 85 millions en 2011 pour un bénéfice très limité, soit un prix d'acquisition équivalent à 5,5 fois le chiffre d'affaires.

"Vincent Bolloré est le grand gagnant de ce jeu car nous estimons qu'il a investi moins de 200 millions d'euros sur ces cinq dernières années pour acheter et développer les chaînes", soulignent les analystes d'Exane.

L'homme d'affaires, qui opère un changement de cap en se désengageant de la télévision, contrôlera désormais 1,3% du capital de Vivendi, ce qui le place parmi les 11 premiers actionnaires du groupe.

En Bourse, l'action Bolloré prenait 3,37% à 161 euros.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...