Bourse > Technicolor > Technicolor : Le ca de technicolor recule au 1er trimestre
TECHNICOLORTECHNICOLOR TCH - FR0010918292TCH - FR0010918292
4.074 € +2.98 % Temps réel Euronext Paris
3.960 €Ouverture : +2.88 %Perf Ouverture : 4.074 €+ Haut : 3.960 €+ Bas :
3.956 €Clôture veille : 329 215Volume : +0.08 %Capi échangé : 1 681 M€Capi. :

Technicolor : Le ca de technicolor recule au 1er trimestre

Le ca de technicolor recule au 1er trimestreLe ca de technicolor recule au 1er trimestre

PARIS (Reuters) - Technicolor a annoncé jeudi un chiffre d'affaires en retrait de 1,5%, une performance jugée néanmoins "solide", le groupe se disant capable d'atteindre ses objectifs financiers 2012 malgré des charges de restructurations élevées.

Les ventes atteignent 800 millions d'euros sur la période alors que la division "maison connectée" qui inclut la fabrication de décodeurs a réussi à stabiliser ses ventes avec une hausse de 1,5%.

Cette activité, pour laquelle le groupe souhaite trouver un partenaire, devrait atteindre son objectif de retour à l'équilibre opérationnel en 2012, a indiqué l'ancien Thomson.

Le groupe, endetté à hauteur de plus d'un milliard d'euros, a indiqué avoir vu sa dette baisser en valeur absolue mais que suite à une baisse attendue de sa trésorerie, "la dette financière nette à fin mars 2012 était plus élevée qu'au 31 décembre 2011."

Technicolor a néanmoins indiqué que l'ensemble de ses résultats au premier trimestre permettrait au groupe de tenir ses engagements.

"Cette performance me conforte dans la capacité du groupe à respecter ses objectifs pour 2012 d'un Ebitda ajusté compris entre 475 millions d'euros et 500 millions d'euros, et la poursuite d'une génération d'un flux de trésorerie disponible positif", a commenté dans un communiqué le directeur général Frédéric Rose.

En concurrence avec Motorola Mobility que Google est sur le point de racheter, et le britannique Pace, Technicolor est l'un des principaux fabricants de "set-top boxes" donnant accès à internet, la télévision et le téléphone.

Le groupe est en discussions avec des repreneurs potentiels pour son usine de fabrication de décodeurs d'Angers (Maine-et-Loire).

L'arrêt programmé du dernier site français de production de l'ex-Thomson a provoqué un certain émoi au coeur d'une campagne présidentielle animée par le thème du "made in France", et des salariés du groupe ont manifesté au début du mois pour exprimer leurs craintes d'un démantèlement de la société.

Le groupe, qui a déjà traversé un long processus de restructuration après une procédure de sauvegarde en 2009, compte poursuivre sa difficile mutation en faisant le pari de l'innovation.

Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...