Bourse > Stmicroelectronics > Stmicroelectronics : Les Bourses européennes reculent à la mi-séance
STMICROELECTRONICSSTMICROELECTRONICS STM - NL0000226223STM - NL0000226223
9.646 € -0.26 % Temps réel Euronext Paris
9.761 €Ouverture : -1.18 %Perf Ouverture : 9.840 €+ Haut : 9.626 €+ Bas :
9.671 €Clôture veille : 808 226Volume : +0.09 %Capi échangé : 8 783 M€Capi. :

Stmicroelectronics : Les Bourses européennes reculent à la mi-séance

Les Bourses européennes reculent à la mi-séanceLes Bourses européennes reculent à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes perdent entre 1% et 1,5% lundi vers la mi-séance, sous le coup du projet de taxation des dépôts bancaires chypriotes dans le cadre du plan de sauvetage du pays, et Wall Street est attendue en baisse pour les mêmes raisons.

L'euro recule contre la plupart des devises internationales, les investisseurs craignant que cette mesure décidée dans la nuit de vendredi à samedi par les dirigeants de la zone euro ne crée un précédent.

À Paris, le CAC 40 recule de 1,41% (-54,18 points) à 3.789,85 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 1,04% et, à Londres, le FTSE 0,81%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 lâche 1,67%.

Le recul du CAC 40 est plus marqué que ceux du Dax et du FTSE 100 en raison de la part importante des valeurs bancaires dans la pondération de l'indice parisien.

Le compartiment bancaire accuse la plus forte baisse sectorielle, avec un recul de 2,15%, suivi par celui de l'assurance (-1,89%). L'action UniCredit affiche le repli le plus marqué de l'indice Euro Stoxx 50, avec une chute de 4,86%, suivie de Société générale (-4,84%), ING (-4,29%), BNP Paribas (-4,23%) et BBVA (-4,08%).

Les ministres des Finances de la zone euro, faisant valoir qu'une grande partie des problèmes de Chypre était due aux banques, ont de taxer les sommes déposées dans les banques, à hauteur de 9,9% pour les dépôts supérieurs à 100.000 euros et de 6,7% en deçà.

Cette mesure, qui doit permettre de récolter 5,8 milliards d'euros et d'octroyer au pays un renflouement de 10 milliards d'euros, avait également fait chuter les places asiatiques.

Les ministres des Finances de l'Eurogroupe s'entretiendront lundi de la situation à Chypre à l'occasion d'une conférence téléphonique, a annoncé un porte-parole du ministère allemand des Finances.

Le vote du Parlement chypriote sur le plan de sauvetage a été reporté à mardi pour laisser plus de temps aux négociations sur ses modalités d'application.

Rappelant que l'économie chypriote ne représente qu'une part infime de l'économie européenne, certains intervenants de marché estiment que le mouvement de baisse ne sera que de courte durée, conseillant même à ceux qui avaient raté le cycle de hausse à l'oeuvre depuis le début de l'année de profiter de ce creux pour prendre pied sur le marché.

"Le dossier chypriote me semble être une tempête dans un verre d'eau. Il faut profiter de cet accès de faiblesse du marché (...)", déclare ainsi Lex van Dam, gérant de fonds spéculatifs chez Hampstead Capital.

En attendant, le VSTOXX, l'indice de volatilité de l'Euro Stoxx 50 largement considéré comme une mesure de l'aversion au risque des investisseurs, bondit de près de 27%.

Sur le marché obligataire, le rendement des obligations souveraines périphériques - notamment espagnoles et italiennes - progresse d'environ 10 points de base tandis que les coûts de financement supportés par l'Allemagne - référence du marché - sont tombés à un plus bas depuis le début de l'année.

Les cours du pétrole, évoluant souvent de pair avec l'euro et les actions, reculent de 1%.

Contre la tendance, le titre Marks & Spencer bondit de plus de 7% à la Bourse de Londres après un article du Sunday Times disant que le fonds souverain du Qatar cherche des partenaires pour lancer une offre d'achat de huit milliards de livres (9,2 milliards d'euros) sur le distributeur britannique. Une source a pourtant dit par la suite que Qatar Holding ne préparait pas une telle opération.

De son côté, l'action STMicroelectronics avance de plus de 4% après que le fabricant de semi-conducteurs franco-italien et l'équipementier télécoms suédois Ericsson ont annoncé le démantèlement de ST-Ericsson, leur coentreprise dans les puces, ce qui se traduira par la suppression de 1.600 postes dans le monde.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...