Bourse > Societe generale > Societe generale : Nouvelle secousse, la crise de la dette inquiète toujours
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
40.900 € +1.72 % Temps réel Euronext Paris
39.685 €Ouverture : +3.06 %Perf Ouverture : 41.295 €+ Haut : 39.500 €+ Bas :
40.210 €Clôture veille : 4 557 600Volume : +0.56 %Capi échangé : 33 033 M€Capi. :

Societe generale : Nouvelle secousse, la crise de la dette inquiète toujours

Nouvelle secousse, la crise de la dette inquiète toujoursNouvelle secousse, la crise de la dette inquiète toujours

(Tradingsat.com) - Le secteur bancaire est une nouvelle fois malmené lundi en Bourse, l'absence de réponse à la dette grecque qui secoue les marchés depuis plusieurs mois alimentant la nervosité des investisseurs. La menace d'une possible dégradation de la note de l'Italie par Moody's qui avait semé la panique vendredi pèse sur la tendance.

"Le Sommet Européen de jeudi et vendredi dernier n'a apporté aucune réponse mais a permis de renforcer les doutes sur la capacité des Etats-Unis et de l'Europe à s'entendre pour lutter contre le risque de récession", déclarait ce matin le CM-CIC.

"Les risques de contagion restent élevés (en effet les conditions de financement de l'Italie se sont indubitablement détériorées par rapport à celles observées par Moody's au début de l'examen) alors que le scepticisme des marchés va au-delà de l'Italie, il est aujourd'hui question de la survie de la zone euro elle-même", a souligné un analyste de Barclays qui juge imminente une dégradation de la note du pays d'un ou deux crans.

Wall Street a ouvert en baisse marquée et enfonce un peu plus un marché parisien déjà en grande difficulté. Dow Jones et Nasdaq trébuchent de 2% tandis que le CAC 40 plonge de 3,3% sur les 2 930 points.

BNP Paribas, l'une des banques françaises les plus exposées à la dette italienne, chute de 5,8% à 26,5 euros. Résistante vendredi, l'action Société Générale lâche désormais 5,6%, alors que Crédit Agricole limite son repli à -1,7%.

Par ailleurs, la nouvelle "affaire Kerviel" qui a éclaté en fin de semaine dernière n'est pas de nature à restaurer la confiance dans le système financier. Victime d'une opération non autorisée réalisée par un de ses traders, la banque suisse UBS a annoncé ce week-end qu'elle évaluait désormais sa perte à 2,3 milliards de dollars, contre 2 milliards estimés précédemment.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...