Bourse > Societe generale > Societe generale : Les démons de l'affaire kerviel hantent toujours la socgen
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
45.840 € +0.31 % Temps réel Euronext Paris
45.645 €Ouverture : +0.43 %Perf Ouverture : 46.265 €+ Haut : 45.280 €+ Bas :
45.700 €Clôture veille : 3 810 640Volume : +0.47 %Capi échangé : 37 026 M€Capi. :

Societe generale : Les démons de l'affaire kerviel hantent toujours la socgen

tradingsat

par Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - Frédéric Oudéa, le PDG de la Société générale, a promis de redresser sa banque après le traumatisme créé par l'affaire Kerviel mais le plongeon de son cours en Bourse depuis fin juin rend sa tâche de plus en plus difficile.

La banque française, dont la capitalisation boursière a été divisée par près de deux en moins de deux mois, est désormais sous la pression des marchés.

Et avec les inquiétudes sur les besoins de refinancement à court terme des banques, les investisseurs doutent que la SocGen soit parvenue à tourner définitivement la page de l'affaire Kerviel qui lui a coûté 4,9 milliards d'euros il y a plus de trois ans.

"C'est ce qui arrive quand vous subissez un événement aussi ridicule que (l'affaire, NDLR) Kerviel", explique un analyste basé à Londres. "Beaucoup de gestionnaires d'actifs préféreront vendre Société générale avant BNP Paribas ou d'autres banques, à cause du management."

Les propos rassurants de son PDG, sur la solidité du capital de la banque et sur sa capacité à dégager des résultats récurrents, ne parviennent manifestement pas à rassurer des investisseurs échaudés par le violent décrochage de son action le 10 août dernier provoqué par une série de rumeurs, démenties, sur sa santé financière.

Sur fonds d'inquiétudes sur le refinancement à court terme des banques européennes et d'une raréfaction des financements en provenance des fonds monétaires américains, l'indice bancaire européen a chuté de 27% depuis fin juin.

Mais la Société générale a été la plus durement touchée parmi les banques françaises avec un plongeon de près de 50%.

Depuis fin juin, BNP Paribas, Crédit agricole et Natixis ont plongé dans une fourchette allant de -20% à -42%.

Pour les investisseurs, les problèmes de la SocGen viennent surtout des choix de développement dans la banque d'investissement et de financement et dans la banque de détail à l'international, surtout en Europe centrale et de l'est.

"RÉSULTATS VOLATILS"

"Le problème de la SocGen c'est qu'elle manque de socle", explique Yohann Salleron, gérant chez Mandarine Gestion.

"Elle n'a pas de réseau de banque de détail comme la BNP, ce qui fait que ses résultats sont un peu volatils", ajoute-t-il.

La banque a toutefois réduit la taille de son bilan dans la banque de financement et d'investissement de 16% depuis 2007 mais elle est toujours perçue par le marché comme un établissement risqué.

Les analystes rappellent aussi que lors des tests de résistance bancaires publiés en juillet, la SocGen est ressortie comme la banque française ayant le plus faible ratio de fonds propres et souffre du coup de la comparaison avec ses concurrents.

Et bien que la banque démente avoir des difficultés de financement, certains investisseurs estiment que les inquiétudes refont surface à cause des erreurs passées.

Contactée, la Société générale s'est refusée à tout commentaire.

Les analystes soulignent aussi que la direction de la banque n'a pas de prise sur l'orientation des marchés ou les inquiétudes des investisseurs qui sont dans l'attente de décisions des responsables européens et plus préoccupés par la crise de la dette publique que par la stratégie de développement menée par les entreprises.

"Il n'y a manifestement rien qu'ils puissent faire. Il faut juste qu'ils se maintiennent à flot et qu'ils espèrent que les autorités européennes prendront les bonnes décisions", insiste un analyste financier basé à Londres.

OUVERTURE DU CAPITAL?

Dans un environnement de marché moins tourmenté, la banque française aurait pu envisager une augmentation de capital ou des cessions d'actifs pour renforcer sa structure de capital considérée par certains analystes comme le talon d'Achille du groupe.

Mais la chute du cours en Bourse du titre SocGen complique la donne, la banque ayant vu sa capitalisation boursière fondre à environ 16 milliards d'euros contre 110 milliards en avril 2007.

Certains investisseurs estiment néanmoins que la banque pourrait recevoir une injection de capital d'un investisseur étranger pour renforcer son capital. Ce type d'accord éviterait à la direction de prendre le risque de perdre le contrôle de la banque ou de diluer les actionnaires existants.

"Quand on voit le réseau de la SocGen à travers l'Europe, si vous êtes une banque d'un pays comme la Chine, par exemple, ce serait une des plus belles banques", fait remarquer Frédéric Rozier, gérant de portefeuille chez Meeschaert, faisant référence à un scénario de rapprochement avec la Société générale.

Avec Matthieu Protard pour la version française, édité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...