Bourse > Societe generale > Societe generale : Les banques rebondissent à l'exception du crédit agricole
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
40.210 € -1.86 % Temps réel Euronext Paris
40.720 €Ouverture : -1.25 %Perf Ouverture : 40.970 €+ Haut : 39.950 €+ Bas :
40.970 €Clôture veille : 4 495 430Volume : +0.56 %Capi échangé : 32 476 M€Capi. :

Societe generale : Les banques rebondissent à l'exception du crédit agricole

Les banques rebondissent à l'exception du crédit agricoleLes banques rebondissent à l'exception du crédit agricole

(Tradingsat.com) - Les inquiétudes relatives à une possible sortie de la Grèce de la zone euro après le choc des législatives dans le pays avaient hanté les marchés en première partie de journée, mais une nette reprise est observée depuis la mi-séance dans certaines grandes places financières européennes.

A Paris, où le CAC 40 est repassé dans le vert en début d'après-midi, la tendance est soutenue par le rebond des valeurs bancaires à l'exception de Crédit Agricole, très exposée aux graves problèmes grecs via sa filiale Emporiki. A l'inverse, BNP Paribas et Société Générale reprennent respectivement 1,8% et 1,4%. Hors indice phare, Natixis perd 0,1%.

La victoire de François Hollande étant anticipée, les marchés se sont tournés vers la Grèce, alors que les législatives ont été marquées par une poussée des partis extrémistes tandis que les deux principaux partis politiques du pays, la Nouvelle démocratie conservatrice et le Pasok social-démocrate, ont enregistré les plus mauvais scores de leur histoire.

Vers 14h45, les Bourses d'Amsterdam, de Milan et de Madrid évoluaient en territoire positif, tandis que l'indice DAX de Francfort restait en net repli. A Athènes, l'indice FTSE/ASE 20 plongeait de 8% à 242 points.

"L'émiettement des votes en Grèce, certes conformément aux attentes, mais avec un effondrement considérable des partis qui avaient donné des garanties aux partenaires européens afin que ces derniers viennent en aide financièrement au pays, est très problématique, a déclaré un analyste du CM-CIC Securities.

"Ce vote met à risque le versement de la prochaine échéance de financement, alors que cette dernière est conditionnée au vote, avant fin juin, d'un plan de réduction des dépenses à hauteur de 11 milliards d'euros", a ajouté ce broker.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...