Bourse > Societe generale > Societe generale : Le crédit d'impôt de la SocGen lié à Kerviel pourrait être revu
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
46.360 € -1.07 % Temps réel Euronext Paris
46.700 €Ouverture : -0.73 %Perf Ouverture : 46.975 €+ Haut : 46.030 €+ Bas :
46.860 €Clôture veille : 6 171 350Volume : +0.76 %Capi échangé : 37 443 M€Capi. :

Societe generale : Le crédit d'impôt de la SocGen lié à Kerviel pourrait être revu

Le crédit d'impôt de la SocGen lié à Kerviel pourrait être revuLe crédit d'impôt de la SocGen lié à Kerviel pourrait être revu

PARIS (Reuters) - Un réexamen du crédit d'impôt dont a bénéficié la Société générale à la suite de la perte de 4,9 milliards d'euros imputée au trader Jérôme Kerviel en 2008 est "possible", a déclaré lundi le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert.

"Je pense qu'un réexamen de la position antérieure de l'administration qui se fondait sur les jugements de l'époque est possible", a-t-il dit sur BFM Business en évoquant l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Versailles.

Celle-ci a condamné vendredi Jérôme Kerviel à ne verser qu'un million d'euros de dommages et intérêts à la Société Générale et non l'intégralité du préjudice de 4,9 milliards enregistré en 2008 par la banque, comme elle l'avait initialement obtenue de la justice.

La Cour a estimé que l'ex-trader n'était que "partiellement" responsable de ce préjudice, dû en partie à un "système déficient" que la Société générale a "laissé se développer".

Christian Eckert a indiqué que l'administration fiscale ferait connaître sa position relative à cet arrêt, qui pourrait priver la Société générale d'un crédit d'impôt de 2,2 milliards lié à la perte, "d'ici quelques semaines, peut-être même quelques jours."

"Jusque-là les jugements des tribunaux n'avaient pas mis en cause la responsabilité de la Société générale. Le dernier arrêt (...) semble ouvrir cette possibilité", a-t-il ajouté.

La Société générale a réaffirmé lundi que l'arrêt de la Cour d'appel de Versailles n'était pas de nature à remettre en cause ce crédit d'impôt.

"La Société Générale a réexaminé l'ensemble de la jurisprudence et considère que cette décision n'est pas de nature à remettre en cause le traitement fiscal des pertes occasionnées par les agissements de Jérôme Kerviel", a réagi la banque dans un courriel adressé à Reuters.

(Yann Le Guernigou, Maya Nikolaeva et Matthieu Protard, édité par Pascale Denis)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...